Congo : la société Total passe à une exploration plus risquée et coûteuse

Congo : la société Total passe à une exploration plus risquée et coûteuse

BRAZZAVILLE – La société pétrolière Total EP, principal exploitant des hydrocarbures au Congo, avec une dizaine de puits envisage une exploitation plus technologique pour prévenir le déclin de sa production au Congo envisagé cette année, a-t-on appris samedi auprès de l’entreprise.

L’exploitation de barils dits technologiques implique, pour la société, la poursuite de l’exploration lancée en 2011 pour mettre en production des réserves existantes et assurer la production jusqu’en 2018.

L’engagement de la société fait suite à sa baisse de production, en vue de conclure très rapidement, avec l’Etat congolais, les négociations fiscales et juridiques nécessaires.

Pour ce faire, deux projets sont en attente de développement. Il s’agit de Moho-Bilondo 1 bis et de Moho Nord qui intègrent une politique dynamique de « Local Content » pour un emploi local durable.

« Au moment où l’industrie pétrolière est de plus en plus sous le feu des projecteurs, c’est une priorité pour notre compagnie, en forte croissance, d’avoir des relations de qualité et de confiance avec la presse qui constitue un acteur dans la vulgarisation de notre politique », a souligné le directeur général de Total EP, Jacques Azibert.

En 2011, Total EP Congo a atteint une moyenne de production de 183.700 barils/jour, 60% de la production pétrolière du pays qui est de 299.000 barils/jour actuellement.

Xinhua

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
congocoûteuseexplorationrisquéesociété Total

Related Articles

RDC: deux morts dans un incident entre militaires congolais et rwandais

Deux soldats, un Rwandais et un Congolais, ont été tués samedi soir lors d’un échange de tirs à Kibati, au

Sénégal: Macky Sall lance les assises du « dialogue national » à Dakar

[GARD align= »center »] Le président Macky Sall a lancé samedi à Dakar les assises d’un « dialogue national », devant permettre des concertations

Béchir en Afrique du Sud, un nouveau camouflet pour la CPI

Le refus sud-africain d’arrêter le président soudanais Omar el-Béchir est un nouveau camouflet pour la Cour pénale internationale, qui a

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*