Congo: l’ancien ministre Lekoundzou entendu en France dans l’affaire du Beach

Congo: l’ancien ministre Lekoundzou entendu en France dans l’affaire du Beach

Après la mise en examen de Norbert Dabira, l’ancien ministre de Denis Sassou Nguesso, Justin Lekoundzou, a été entendu par la justice française dans l’affaire des disparus du Beach. Comme simple témoin, rapporte Jeune Afrique.

Pilier du gouvernement congolais sous Sassou 1 et Sassou 2 (il a été ministre pendant près de quinze ans) et ancien secrétaire général du parti au pouvoir, Justin Lekoundzou a reçu le 3 septembre la visite inopinée des enquêteurs français chargés de l’affaire dite des disparus du Beach de Brazzaville.

Dans son appartement de la proche banlieue parisienne, où il se soigne depuis plusieurs années, Lekoundzou a été interrogé et entendu en tant que simple témoin, son nom n’étant pas cité dans la procédure. Motif : il était à l’époque des faits (mai 1999) ministre à la présidence chargé de la Défense nationale.

Jugée au Congo depuis 2005, l’affaire a récemment été relancée, en France, par la mise en examen de Norbert Dabira, l’ancien inspecteur général des forces armées congolaises.

LIRE AUSSI: Disparus du Beach le gouvernement congolais dénonce l’acharnement de la justice française envers le Congo

 


Tags assigned to this article:
francejustice

Related Articles

RDC : L’ex-rebelle et ancien vice-président sud-soudanais Riek Machar en exil à Kinshasa

[GARD align= »center »] L’ex-rebelle et ancien vice-président sud-soudanais Riek Machar a quitté le Soudan du Sud à la suite des violences

Manuel Pinto da Costa ‘’frappé par les avancées du Congo vers le développement’’

Le président de Sao Tome et Principe, Manuel Pinto da Costa, en visite officielle de 72 heures au Congo a

Ouganda: le porte-parole de la police abattu devant sa maison

[GARD align= »center »] Le porte-parole de la police ougandaise Andrew Kaweesi, figure bien connue du grand public, a été abattu vendredi

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*