Congo: le comportement déviant des policiers laisse à désirer

Congo: le comportement déviant des policiers laisse à désirer

Le comportement déviant des agents de la Police Nationale laisse à désirer et suscite l’indignation de plus d’un habitant des grandes agglomérations que compte la République du Congo, a-t-on observé.

En effet, les policiers s’illustrent pour la plupart par des attitudes incongrues envers les populations qu’ils sont censés protéger et leurs biens, animés par un seul souci, celui du gain facile en rançonnant à longueur de journée les paisibles citoyens.

Qu’il s’agisse des agents de l’ordre chargés de réguler la circulation routière, de ceux qui s’occupent de la sécurité des populations ou des autres policiers qui travaillent dans les différents Postes de Sécurité Publique (PSP), ils mettent en place des stratégies spécifiques dans le seul but de gagner malhonnêtement de l’argent auprès des usagers, en inventant des infractions.

Ce genre de pratique est souvent récurrent chez les policiers routiers qui cherchent toujours des alibis auprès des transporteurs en commun pour avoir de l’argent, même lorsque que le chauffeur du véhicule n’a commis aucune bavure inhérente au code de la route.

Face à cette situation, le chauffeur se trouve dans l’obligation de soudoyer les agents de l’ordre dans la discrétion absolue sans en attirer l’attention des passagers, afin de retirer son permis et le dossier du véhicule confisqués par exprès par le policier, a-t- on constaté.

La majorité des chauffeurs se plaignent du comportement de ces policiers qui, au lieu de faire normalement leur travail si noble et d’utilité publique, « créent des motifs qui ne correspondent pas aux dispositions du code de la route ».

Un chauffeur de taxi qui a requis l’anonymat, a signifié « qu’ils sont souvent victimes des tracasseries des policiers, ce qui les oblige de leur donner au moins 1000 FCFA pour se libérer du joug des policiers », soulignant qu’ils sont spécialistes en matière d’invention des motifs qui seraient liés à la violation du code de la route.

Le matin du 25 juillet par exemple, on a déploré le comportement des policiers se trouvant dans leur véhicule de commandement, qui ont arrêté deux sujets, un Malien et un ressortissant de la République Démocratique du Congo (RDC) non loin du croisement entre la rivière « Madoukou » et la rue « Mbochis ». Ils ont, de prime à bord, demandé à ces personnes de leur présenter les pièces autorisant leur présence en République du Congo en guise de contrôle, ce qui relève de leur devoir, seulement ils ont profité de leur situation d’illégalité sur le sol congolais, pour les dépouiller de tous leurs biens de valeur, de même que de leur argent, ce, sous les regards étonnés des populations environnantes et des passagers.

Ces comportements déviants doivent interpeller les autorités de la Police Nationale comme l’avait instruit le directeur général de la police, le général Jean-François Ndenguet, qui avait décidé récemment de mettre fin à ces pratiques et dérapages constatés parmi les agents de l’ordre et de redorer le blason terni de cette corporation par des «policiers véreux et corrompus».

(Photo d’archive utilisée juste a titre d’illustration)

Oeildafrique.com avec (ACI)


Tags assigned to this article:
congoPolice Nationale

Related Articles

Centrafrique: épuisée par la violence, la population veut la sécurité

« Fabius, on veut la paix ». La banderole était placée bien en évidence au passage du cortège du chef de la

Les autorités burundaises informent l’ONU que les élections se tiendront

L’ambassadeur du Burundi auprès des Nations unies a affirmé vendredi que les élections se tiendraient dans son pays comme prévu,

Congo: les informaticiens ont dilapidé plus d’un demi-milliard au total à la C.N.S.S

L’information est donnée par notre confrère «Le Troubadour», bimensuel satirique paraissant à Brazzaville, dans son édition du mercredi 3 juillet

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*