Congo : La majorité présidentielle ne faiblit pas dans sa volonté de modifier la Constitution

Congo : La majorité présidentielle ne faiblit pas dans sa volonté de modifier la Constitution

[GARD align= »center »]

Pierre Ngolo

Pierre Ngolo, le secrétaire général du Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir)

Le parti au pouvoir au Congo Brazzaville a mis en place une commission chargée de réfléchir sur l’éventuelle révision de la Constitution du 20 janvier 2002, dans le souci de consolider la démocratie au Congo.

« Nous devons nous mettre à la disposition de ce noyau afin de lui donner les outils lui permettant de nous apporter, dans les tout prochains jours, une réflexion bien élaborée. Après validation par la majorité, nous partagerons cette réflexion avec les populations. Ainsi, nous mènerons le Congo sur la voie de la démocratie qui doit se consolider en créant de façon permanente les conditions d’une vie paisible des citoyens », a déclaré Pierre Ngolo, le président par intérim de la majorité présidentielle.

Cette déclaration est faite l’issue de l’assemblée générale du collège des présidents des partis et associations membres de la majorité présidentielle, tenue le 14 avril dernier à Brazzaville.

Lancé il y a quelques mois, le débat sur le possible changement de la Constitution du 20 janvier 2002, est au centre de tous les débats. Pour certains présidents de partis et associations, cette rencontre a donné l’opportunité d’élaborer un canevas afin de mettre à profit ce débat au sein de la majorité.

« Nous avons mis en place une équipe afin de dégager la quintessence du débat et de nous faire une proposition qui sera une proposition commune. Que vous soyez pour, contre ou neutre, il faut adopter cette décision de la majorité, qui sera l’instrument nous permettant d’expliquer à la base », indique Auguste Ngabelet le porte-parole de la Convention pour l’action, la démocratie et le développent (CADD).

Ce dernier soutient qu’étant donné que la majorité n’a pas pris d’engagement quelconque à ce sujet, tous les partis et associations se doivent de garder le silence, car leur point de vue ne doit être soumis qu’à la commission mise en place.

L’assemblée en question a également abordé d’autres sujets de la vie politique du Congo. Il s’agit entre autres de la santé politique du Congo d’ici à 2016 et le comportement des dirigeants politiques dans la période postélectorale.

Et déjà, certains proposent que la famille de la majorité présidentielle se définisse des critères avant une éventuelle élection.
« Cela ne sert à rien de se battre après une échéance électorale pour voir la popularité de tout un chacun », a conclu le président du club Perspectives et réalités, Aimé Hydevert Mouagni.

[GARD align= »center »]

Finalement la question de modification constitutionnelle est devenue une mode dans presque tous les pays africains et il y a lieu pour les intellectuels de réfléchir autrement pour ne pas voir le continent des un futur proche sombrer dans les écarts constitutionnels qui minent le continent.

© Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
congopolitique

Related Articles

Mozambique et Angola fêtent 40 ans d’indépendance, tête haute face au Portugal

Ironie de l’histoire, de nombreux Portugais vont aujourd’hui chercher du travail au Mozambique et en Angola, d’anciennes colonies qui affichent

L’exportation des produits miniers bruts suspendue en RDC

Le gouvernent central de la RDC a décidé de suspendre à partir de juillet prochain toute exportation des produits miniers

Dongala redoute un « printemps africain » pour les révolutions arabes

LYON  – Chroniqueur des bouleversements africains depuis près de quarante ans, l’écrivain congolais Emmanuel Dongala observe avec prudence les révolutions

4c ommentaires

Espace commentaire
  1. Le Bon Tachini
    Le Bon Tachini 16 avril, 2014, 09:17

    Nous n’avons pas besoin de cette commission.La constitution dont on veut modifier a ete fait et adopter par Sassou pour Sassou.Pourquoi donc la modifier?DSN doit partir et le Congo lui sera reconnaissant.Le souci n’est pas de preserver la democratie et la paix mais plutot DSN au pouvoir.On a besoin d’une alternance au Congo Brazzaville.

    Répondre à ce commentaire
  2. Attiki
    Attiki 16 avril, 2014, 11:44

    Vraiment a quand la vraie démocratie ?
    La constitution voté en 2002 n’est plus bonne il faudra t il la changé ?
    Je pense une vraie manière de consolider la démocratie et la paix est de respecter la constitution ,sinon chacun président qui viendra après DSN fera la même. Papa DSN donne au moins une exemple et je pense la génération future te sera reconnaissant .
    L’avenir de l’Afrique se fera par votre respect de la constitution

    Répondre à ce commentaire
  3. Stevy
    Stevy 19 avril, 2014, 19:16

    Pour sassou veut changer la constisttution alors tout va bien au congo c’est vraiment fou

    Répondre à ce commentaire
  4. Revolution
    Revolution 7 janvier, 2015, 19:14

    La vieillesse nous donne vraiment des illusions! Si vous croyez qu’on va encore se laissez faire vous vous tromper. Vous avez change la constitution en 2002, bah respectez la.
    Un seul president ne peut voir une constitution être changé 2 fois pendant son reigne. C’est absurde

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*