Congo législatives la majorité sortante se signale en force

Congo législatives la majorité sortante se signale en force
Congo législatives la majorité sortante se signale en force

Carte d’électeur congolaise, lors du dernier scrutin législatif, en 2007. © AFP Archives

Quelque soixante-quatre députés élus dès le premier tour dans une élection plutôt très disputée, le Parti congolais du travail (55 sièges) et ses alliés (9 sièges), attendent de confirmer leur suprématie à l’Assemblée nationale à l’issue du second tour convoqué le 5 août.

La majorité sortante est en voie de se reconstituer avec en prime des passes d’armes qui pourraient laisser des traces. Pour ce second tour, en effet, entre elles, les formations de la majorité présidentielle en découdront dans plusieurs circonscriptions. Ce sera notamment le cas à Dongou, dans la Likouala, où Venance Mania du PCT rencontrera Guy Gondzia du Club-2002 PUR.

La même chose à Mindouli 1, dans le Pool où Yvonne Adelaïde Mougany disputera le siège à Jean Claude Massoba du MCDDI ; à Mindouli 2 où un autre candidat du PCT, Emmanuel Bete Siba défendra son strapontin contre Gaston Malanda, l’unique ballotage du PSVR (Parti pour la sauvegarde des valeurs républicaines de Michel Mapouya). À Loumo, dans le Pool également, Énoch Miatabouna du PCT sera opposé à Norbert Kayi du Rassemblement citoyen. Ils ne sont pas officiellement des alliés, mais pas réellement des ennemis, le Must de Claudine Munari disputera des voix au PCT à Yamba, dans le Niari pour un match qui opposera Ulrich Ngoma Mboukou à Raoul Mboungou Nzoumba.

Alors qu’un seul candidat signalé indépendant, en l’occurrence Jean Didace Médard Moussodia a été élu dès le 1er tour à Moungali 3-Brazzaville, le second tour affiche 33 candidats sous ce label pour 32 sièges à pourvoir (deux indépendants étant en ballotage à Boko dans le Pool). Sur cette affiche, presque tous les partis restés en lice trouvent chacun un ou plusieurs indépendants sur leur chemin.

L’UPDP Célestin Gongarad Nkoua est en présence de Jean Félix Nkoué à Ngo, dans les Plateaux, l’Upads Honoré Sayi est opposé à Jean Claude Mouanda à Dolisie 2 dans le Niari, idem pour le PCT Jean Michel Mavoungou Ngot que guette Strocoth Ibouanga Bouckedy à Mountamba dans le Niari, ou encore le MCDDI Théodorine Kolelas Miankongo face à Sylvie Nsona Bokamba à Ngoma Tsé-Tsé, dans le Pool.

Réduite à portion congrue au premier tour, l’opposition congolaise, en rangs dispersés, tentera de sauver la face le 5 août. Son principal représentant, l’Upads, n’a récolté qu’un seul siège le 15 juillet à Mayoko. Ce parti est cependant en ballotage dans une quinzaine de circonscriptions. Son secrétaire général, Pascal Tsaty-Mabiala aura à se battre contre Marcel Koussikana du FC à Loudima.

Un autre ténor du parti, Joseph Kignoumbi Kia-Mboungou, est en ballotage à Sibiti 1 contre André Kamba du Must. Bataille emblématique aussi, celle que mènera à Boko-Sonhgo, l’ancien sénateur Benjamin Bounkoulou pour le compte de son parti, l’Union pour la République contre Joseph Yedikissa Ohadie de l’Upads.

Avec 11 sièges dans le mandat passé, le parti de l’ancien président Pascal Lissouba a vu tomber certains de ces « poids lourds » comme Christophe Moukouéké ou encore Nimi Madingou, battus au premier tour à Mabombo et Makabana par Marcel Kalla et Pierre Mabiala du PCT. Martial de Paul Ikounga n’a pas franchi le cap du 1er tour à Sibiti 2 où le tenaient en embuscade Thierry Lézin Moungalla du PCT et Clément Mouamba, cadre de l’Upads venu en indépendant. On ne sait pas si la longue querelle de leadership entretenue depuis plusieurs années au sein de ce mouvement n’en a pas ruiné le crédit auprès de sa base.

Plusieurs sièges convoités le 15 juillet, l’Alliance pour la République et la démocratie de Mathias Dzon ne compte plus que sur les performances de Jean Kaba à Gamboma 2 contre Thimotée Ngatsio -Gambou du PCT. On ne sait pas, par ailleurs si Frédéric Ntoumi Bintsangou, en ballotage à Mayama, dans le Pool, contre Miénagata du MCDDI tirera son épingle du jeu, ou qui du PRL, Pierre Bassouma et du CDR, Bonaventure Moundika en lice à Makélékélé 3 tiendra bon.

Rendez-vous au résultat pour savoir quelle tête fera l’opposition à la future Assemblée nationale, à quel jeu joueront les candidats indépendants s’ils réussissent à franchir le cap d’un groupe parlementaire soit dix élus et, enfin, quelle seront les chantiers prioritaires de la majorité dans cette treizième législature.

 

Gankama N’Siah

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
congoéléctionslégislativesmajorité

Related Articles

Burundi: Nkurunziza reste le président légitime, selon les Etats-Unis

Le chef de l’Etat du Burundi, Pierre Nkurunziza, demeure le président légitime de ce pays d’Afrique des Grands Lacs en

Afrique du Sud : Importante découverte d’une nouvelle espèce humaine

Des chercheurs internationaux ont annoncé ce jeudi la « remarquable » découverte d’ossements de 15 hominidés près de Johannesburg.  Cette trouvaille est

« L’actualité africaine en 5 titres » du 04 octobre 2016

[GARD align= »center »] CAF: le prochain président ne pourra exercer que pendant au maximum 12 ans Le prochain président de la

1 commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*