Congo: Les élections locales s’annoncent sous le signe de remobilisation des troupes

Congo: Les élections locales s’annoncent sous le signe de remobilisation des troupes

 [GARD align= »center »]

Congo: Les élections locales s’annoncent sous le signe de remobilisation des troupes | Archives

Congo: Les élections locales s’annoncent sous le signe de remobilisation des troupes | Archives

Aux termes d’un décret signé par le Président Denis Sassou N’guesso, les élections locales au Congo vont se tenir le 28 septembre prochain.  Programmées pour juillet 2013, ces élections auront lieu après plus d’un an de retard pour cause  de longs débats au sein de la classe politique.

Les élections locales se dérouleront le 28 septembre prochain en République congolaise. Très attendu depuis plus d’un an, le scrutin présente plusieurs enjeux de taille pour les différents partis politiques de la majorité comme de l’opposition.

La commission électorale va s’appuyer sur le recensement administratif spécial de 2013 pour organiser le scrutin de septembre. Ainsi, ces élections locales seront un premier test pour le nouveau fichier électoral dévoilé en mai 2014. Au bout de neuf mois de recensement, 1,8 million d’électeurs ont été dénombrés.  En son temps, l’opposition avait contesté l’opération du récemment. De plus, ces élections sont annoncées alors que le débat sur un éventuel référendum visant à modifier la Constitution pour  offrir un pouvoir à vie à Denis Sassou N’guesso est toujours en cours dans le pays.

[wp_ad_camp_3]

De  leur côté, les opposants trouvent qu’il s’agit d’un test pour le pouvoir afin de parvenir à la réforme constitutionnelle. Pour Guy-Romain Kinfoussia, Denis Sassou N’guesso va valider son fichier électoral qu’il va réutiliser au référendum. Du coup, il annonce au micro de RFI que son parti UDR-Mwinda boycottera le vote du 28 septembre.

Certains observateurs de la vie politique congolaise expliquent que le régime de Sassou N’guesso étant dans l’inconnu cherchera à l’issue des élections locales à connaître les vraies forces politiques auxquelles il aura à faire face.

Dans au niveau de la majorité, on pense que c’est l’occasion de remobiliser les troupes. Le secrétaire général du PCT qui refuse tout lien avec le référendum, indique que son parti consolidera sa discipline et des gens qui tenteront de passer outre les directives de la formation seront sanctions.

En janvier dernier, le PCT avait sanctionné 81 membres qui s’étaient présentés aux législatives de 2012 sans investiture.

©Oeildafrique.com 

[wp_ad_camp_3]


Tags assigned to this article:
congoéléctionslocales

Related Articles

Gabon : validation de la réélection d’Ali Bongo, Jean Ping dénonce une «décision inique»

[GARD align= »center »] Après plusieurs jours de débats, la Cour constitutionnelle du Gabon a confirmé, la nuit dernière, la victoire d’Ali

Présidentielle au Tchad: Idriss Deby candidat du parti au pouvoir

[GARD align= »center »] Le chef de l’Etat tchadien, Idriss Deby Itno, au pouvoir depuis 25 ans, a été choisi par le

Congo Brazzaville : plus d’une centaine de formation politique favorable au changement de la constitution

Cinq jours seulement après que 45 partis de l’opposition se soient mis ensemble pour une démarche contre le changement de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*