Congo: Mpila le bilan réévalué à 282 morts

Congo: Mpila le bilan réévalué à 282 morts

BRAZZAVILLE – Les explosions dans un dépôt de munitions le 4 mars à Brazzaville ont fait au moins 282 morts, après la découverte de nouveaux corps lors des opérations de déminage du site, selon un bilan actualisé samedi par le président de la Commission d’évaluation du sinistre.

« Au fur et à mesure que les travaux de dépollution (du dépôt de munitions) se poursuivent, certains corps ont été retrouvés. Au nouveau cimetière (de Brazzaville où les victimes sont inhumées) au moins 282 enterrements ont déjà eu lieu », a déclaré lors d’un point presse Pierre Moussa, également ministre du Plan.

Le précédent bilan officiel communiqué le 11 mars faisait état de 223 morts.

« Il y a aussi des personnes disparues dont on ne retrouve pas les corps qui ont été peut-être soufflés » par les explosions meurtrières, a ajouté M. Moussa, sans donner davantage de précisions.

Il s’agit du plus meurtrier accident de ce type, dans des dépôts d’armes et de munitions, depuis 10 ans dans le monde.

Selon une source militaire, une « dépollution d’urgence » du site des explosions a déjà permis de récupérer et détruire 16 tonnes de munitions. Une deuxième phase de dépollution qui concernera le coeur du sinistre doit débuter la semaine prochaine, a ajouté cette source. L’armée congolaise bénéficie notamment de l’appui de spécialistes en déminage de l’ONU, de la Croix-Rouge et d’ONG.

Le dépôt de munitions qui a explosé se trouvait dans une caserne d’un régiment de blindés du quartier Mpila, dans l’est de la capitale du Congo.

L’accident a fait plus de 2.300 blessés et détruit des milliers d’habitations.

Plus de 14.000 personnes sont toujours sans-abri et sont sommairement hébergées dans des conditions sanitaires difficiles dans une dizaine de sites de la capitale.

Une dizaines de cas de choléra ont notamment été enregistrés dans les campements les plus importants situés à la cathédrale Sacré coeur, proche du centre-ville, et au marché couvert Nkombo, au nord, qui accueillent respectivement environ 6.000 et 5.000 personnes.

Des milliers d’élèves, dont les établissements ont été détruits, ont dû poursuivre leur scolarité dans d’autres établissements de la ville.

Environ 2.000 familles sinistrées ont perçu une allocation de subsistance de 3 millions de Fcfa (5.000 euros), a précisé samedi le ministres des Finances Gilbert Ondongo, lors de la conférence de presse avec M. Moussa.

« Que toutes les familles qui se sont fait enregistrées soient patientes, l’Etat a l’argent pour payer tout le monde. S’il y a 10.000, 15.000 ou 25.000 familles, elles seront toutes payées », a assuré le ministre au sujet de cette aide d’urgence promise aux sinistrés dès le 8 mars par les autorités.

Lundi, des centaines de personnes avaient manifesté à Brazzaville, en brûlant des pneus et renversant des ordures sur la chaussée, pour réclamer cette aide qui, selon elles, tardait à être versée.

©AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
282bilanbrazzavillecorpsdépôt

Related Articles

« L’actualité africaine en 5 titres » du 7 juin 2016

[GARD align= »center »] Putsch manqué de septembre 2015: le Burkina demande à la Côte d’Ivoire de poursuivre Guillaume Soro (parquet militaire)

Mali: la force africaine pourra être déployée dès le feu vert de l’ONU

La force militaire internationale au Mali pourra être déployée dès que l’Onu donnera son feu vert à une intervention armée

RDC: Kinshasa paie 5,5 millions de dollars à une entreprise israélienne pour le représenter à Washington

Selon plusieurs documents mis en ligne par le ministère américain de la Justice et que Jeune Afrique a pu consulter,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*