Congo: la religion musulmane en constante progression

Congo: la religion musulmane en constante progression
Religion musulmane en Congo

La mosquée de Brazzaville dans le quartier Poto-Poto

La fête du mouton, la Tabaski, célébrée le 15 octobre par les musulmans du Congo a montré une fois encore la progression de l’Islam dans ce pays où plus 95% de fidèles étaient de croyance chrétienne il y a vingt ans. Le stade Saint-Denis au centre de Brazzaville, la capitale du Congo, a grouillé des dizaines de milliers de personnes mardi, venues écouter la bonne parole prononcée à l’ occasion de cette célébration. Un rappel à l’amour pour autrui et pour Dieu constituait le message essentiel annoncé.

« C’est un jour de partage où chacun doit fêter avec son voisin et sa famille », confie Fortuné, un fidèle qui nous a affirmé, par ailleurs, que la religion est en train de prendre une bonne place dans ce pays.

Selon des informations recueillies, la religion musulmane compte actuellement plus de 500 000 adeptes au Congo, un pays d’ environ 4 millions d’habitants. Elle représente ainsi plus de 15% du total des fidèles que compte ce pays, alors qu’ils étaient que 7% au début des années 90.

La communauté musulmane est ainsi devenue la deuxième confession religieuse, après l’église catholique, dans ce pays dont une écrasante majorité de la population est chrétienne.

A Brazzaville, le nombre des mosquées (maisons de culte musulmanes) ne dépassait pas cinq il y 20 ans. Actuellement la capitale congolaise en compte une vingtaine. Et c’est justement dans cette ville que se construit actuellement, sur un financement du Qatar, une mosquée qui devrait être la plus grande d’Afrique centrale à la fin de travaux selon les connaisseurs.

Oeildafrique.com avec Xinhua


Tags assigned to this article:
congorelegion

Related Articles

Lutte contre Boko Haram: comment Idriss Déby a tordu le bras à Goodluck Jonathan

En une semaine, le président tchadien Idriss Déby Itno a fait plier son allié nigérian Goodluck Jonathan qui, affaibli par

Crise postélectorale au Gabon: Près de 500 Ivoiriens ont regagné la Côte d’Ivoire (diplomate)

[GARD align= »center »] Quelque 500 ressortissants ivoiriens vivant au Gabon volontairement Abidjan, à la suite de la crise postélectorale dans le

Toujours redoutable, la pluie fait encore des malheurs à Brazzaville

Après la pluie, le beau temps? Ce n’est toujours pas le cas dans les localités congolaises, car les populations de

1 commentaire

Espace commentaire
  1. mactchicaya
    mactchicaya 10 décembre, 2014, 10:05

    d’origine animiste et Bantu, le peuple congolais n’est musulman il le devient grâce au fait d’une immigration(massive) des africains de l’ouest dans le pays depuis ceci dit le christianisme et le messianisme ont toujours été les bases religieuses de ce paisible peuple que les différentes guerres meurtri. L’idée ou le projet de construction d’une grande mosquée et la plus grande de l’Afrique centrale au congo est une imposture et un mauvais calcul géopolitique et stratégique de la part des autorités du congo. Pour mémoire regardons comment sont traités les peuples du sahel et au plus haut du magreb ceux qui ont la peau noir,,,,en égypte comment sont traités les chrétiens? et partout en orient ou moyen orient? Pour dire cette religion qui est l’islam est source de plusieurs conflits dans la, le peuple noir de partout dans le monde n’est pas xénophobe ni islamophobe ,,mais la pratique et la réalité des histoires vécues au soudan et ailleurs demandent à ce peuple d’être très regardant avant d’entreprendre une telle entreprise au congo.La tolérance est vanté partout,,,,mais pas trop loin qu’au mali qu’avons nous vécu? et là avec le boko haram que vivent les africains? attention car les conflits il faut les prévenir.Ce petit pays a ses propres problèmes :de santé, d’éducation et de vie alors sachez donc où sont vos priorités avant de s’embarquer dans des projets qui vous amènerons des difficultés dans 20 ans.,,,,,Le congo a -t-il les moyens de contrôler l’arrivée sur son territoire des personnes muent d’un islamisme d’expansion? et de colonisation? voilà la question fondamentale.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*