Congo : Une rumeur d’empoisonnement de pains embrase Brazzaville

Congo : Une rumeur d’empoisonnement de pains embrase Brazzaville

[GARD align= »center »]

Ville de BrazzavilleUn climat de psychose a régné lundi à Brazzaville suite à une fausse rumeur sur l’empoisonnement prémédité de la farine par quatre boulangers étrangers qui exerceraient depuis des années dans la boulangerie Epi-d’or. L’information a semé la panique au sein des familles.

Ce qui a obligé les agents de la surveillance du territoire, du ministère du Commerce et des Approvisionnements ainsi que les dirigeants des formations syndicales de consommateurs et de boulange, à se déployer sur le terrain pour désamorcer la situation.

La première phase d’enquête commune, réalisée dans deux centres, notamment le Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHU) et l’hôpital pédiatrique Marien-Ngouabi ainsi que dans les 26 boulangeries installées dans l’arrondissement, se révèle négative. Ce qui signifie les allégations d’empoisonnement racontées sont complètement fausses.

[GARD align= »center »]

Selon le commissariat central de Talangaï, aucune structure n’a été interpellée ni arrêtée Aucune interdiction de vente de pain n’a été prononcée non plus. « Il faut noter que d’après l’enquête que nous avons menée depuis ce matin, environ 95% du personnel travaillant dans ces structures est d’origine brazzavilloise.

Après avoir reçu l’information, sur instruction du commandement de la police, nous avons dépêché une équipe au CHU pour un constat mais, aucun cas de malade présentant les symptômes d’empoisonnement n’a été signalé. C’est donc une rumeur », a déclaré le Commissariat central de Talangaï.

Au niveau des hôpitaux, l’examen clinique n’a révélé aucune preuve d’intoxication alimentaire. Le coordonnateur des soins de l’hôpital pédiatrique du CHU de Brazzaville, Marien-Ngouabi a déploré l’attitude de certains Congolais de mauvaise foi qui veulent se servir de mensonge pour inciter les populations à la violence et au soulèvement.

[GARD align= »center »]

« Depuis que cette mauvaise information est ventilée dans la ville, je n’ai enregistré aucun cas d’urgence lié à l’empoisonnement soit d’un enfant soit d’une personne âgée. Je confirme que l’information n’est pas fondée et qu’elle est erronée. Car, si elle était juste, l’inverse aurait été un soulèvement des populations contre ces étrangers. », a-t-il relaté.

Le responsable de la boulangerie, Salek Guewa, a juste regretté ce qui s’est passé et déploré l’intention de porter atteinte à la notoriété de son entreprise. Ruth Bonazébi, l’une des vendeuses de pain et cliente de la boulangerie, dans ses réponses aux interrogations des inspecteurs du ministère du Commerce, a estimé pour sa part que tout n’est qu’un montage.

[GARD align= »center »]

Pour sa part, le président du syndicat patronal des boulangers et pâtissiers du département de Brazzaville, Jean Cyr Mayala, a exigé qu’une enquête soit menée pour détecter l’origine et les auteurs de cette rumeur.

© Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
brazzaville

Related Articles

RCA: L’Etat dépose une plainte en France pour traquer les profiteurs du système Bozizé

[GARD align= »center »] L’Etat centrafricain vient de déposer une plainte par l’entremise de l’avocat français William Bourdon devant le parquet national

Tchad: plus de 10.223 fonctionnaires fictifs démasqués dans le registre de l’Etat

 [GARD align= »center »] Tout comme plusieurs pays de l’Afrique, le Tchad est également confronté à un problème d’agents irrégulièrement inscrits dans

Burundi: des milliers de personnes aux funérailles de l’opposant Zedi Feruzi

De deux à trois mille personnes ont assisté dimanche à Bujumbura aux funérailles de l’opposant Zedi Feruzi, abattu la veille

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*