Congo : Sassou N’Guesso met en garde ses opposants contre toute idée de violences politiques

Congo : Sassou N’Guesso met en garde ses opposants contre toute idée de violences politiques

[GARD align= »center »]

Sassou N’Guesso

Le président de la République du Congo Denis Sassou N’Guesso

Denis Sassou N’guesso a lancé les travaux de la municipalisation accélérée du département de Lékoumou le 5 mai dernier à Sibiti. A l’occasion, le Président congolais a rencontré les cadres du milieu. Les populations de Lékoumou ont posé plusieurs questions portant globalement sur la Constitution, les aspects d’ordre social et les travaux de la municipalisation accélérée.

La réponse de M. Sassou N’Guesso, dont l’intention affichée est de modifier la Constitution congolaise pour s’éterniser au pouvoir, a été du déjà entendue : la décision finale revient au peuple.

Pour le président congolais, le débat est ouvert sur la révision ou le changement de la constitution et se déroulera de façon très libre, démocratique. Dans la foulée, il met en garde tous ceux qui tenteraient de créer des conditions pour que le pays retombe dans la violence.

« Une seule chose qui ne sera pas acceptée, je dois le dire tout de suite, c’est le recours à la violence que quelques groupes de partis et associations veulent faire. Je l’ai déjà entendu dans quelques bouches des politiques qui annonceraient le naufrage du pays si l’on devait réviser ou changer la Constitution. Ce naufrage ne se produira pas. Il ne se produira pas. Je le dis avec fermeté parce que notre peuple a déjà beaucoup souffert », a déclaré Denis Sassou N’guesso.

Le président congolais persiste et menace les opposants de son pays qui tenteront de mobiliser les congolais contre son initiative de modification ou de changement de Constitution.

« Aucun politique n’essaiera, même pas un jour, d’avancer une telle notion. Cette notion ne passera pas. Je me mettrais en rempart devant pour empêcher quiconque d’amener à nouveau ce peuple vers des violences et des souffrances telles que nous avons connues. Cela ne se produira pas», a-t-il dit.

[GARD align= »center »]

Denis Sassou N’Guesso pense que seul le peuple congolais va décider du sort de son avenir et personne n’amènera encore la violence dans le pays.

« Le débat est ouvert et toutes les opinions sont permises. Je continue d’écouter les opinions qui s’expriment. Je pense qu’il y aura un bon moment où les conclusions seront tirées dans un sens ou dans un autre. Mais, je ne permettrai plus de violence dans ce pays. Parce que, pour moi, c’est une responsabilité historique», a-t-il martelé.

Ainsi, il a rallié le département de Lékoumou aux départements qui se sont déjà prononcés en faveur de la révision ou du changement de la Constitution. Les partisans du président congolais de Lékoumou, pensent que ses efforts pour développer le pays, après l’avoir pacifié et réconcilié les Congolais, constituent une preuve palpable qu’il doit continuer son œuvre jusqu’au moment où il se sentira lui-même fatigué, selon Samuel Tanga.

Sur les questions sociales portant sur le manque d’enseignants et de personnel soignant, Denis Sassou Nguesso a rassuré les populations que les mesures sont prises pour la formation en quantité et en qualité des enseignants et du personnel soignant.

[GARD align= »center »]

M. Sassou s’est aussi plaint des actes inciviques des congolais, qui n’appliquent pas des mesures prises par le gouvernement. Il a expliqué que les Congolais se sont enfermés dans la loi de silence, ils hésitent de dénoncer les anti-valeurs pour éviter de perdre certains avantages ou d’être pointés du doigt.

© Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
congoSassou N’Guesso

Related Articles

Côte d’Ivoire : au village de Simone Gbagbo, une statue de la Vierge Marie pleure des larmes de sang

Plusieurs témoins affirment avoir vu une statue de la Vierge Marie pleurer des larmes de sang, dans la paroisse Notre-Dame-de-Padoue

Une héritière d’Omar Bongo réclame l’acte de naissance d’Ali Bongo devant la justice française

Une héritière d’Omar Bongo Ondimba va saisir la justice française pour obtenir communication de l’Etat civil complet de l’actuel président

Congo: Sassou Nguesso decrète 2017 “l’année de la rigueur et de la vérité”

[GARD align= »center »] Le chef de l’Etat congolais s’est prêté à la tradition comme chaque fin d’année. Sassou Nguesso a présenté

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*