Congo – Situation dans le Pool: «On est désespéré et exaspéré», lance Monseigneur Milandou

[GARD align= »center »]

Monseigneur Milandou

L’archevêque de Brazzaville Monseigneur Milandou|©DR

Évêque du Pool durant la guerre civile de 1997-1998, l’archevêque de Brazzaville Monseigneur Anatole Milandou a brisé vendredi le silence. Il a exprimé son inquiétude sur le conflit dans le Pool qui oppose forces de sécurité et partisans de Frédéric Binsamou, alias Pasteur Ntumi (leader des rebelles Ninjas du Pool).  

Dans une interview accordée à Rfi, le prélat indique que le Pool est désormais une région qui se détruit. «Avant de partir de ce diocèse, j’avais dit à monseigneur Portella (Ndlr: Louis Portella Mbuyu) qui m’a remplacé, malheureusement, je suis en train de te laisser des ruines  parce que la guerre continue», a-t-il révélé.

Pour l’homme de Dieu, la situation en cours dans la région n’est rien d’autre qu’une guerre.

« Les gens sont déplacés, les gens souffrent. Tout dernièrement, on l’a même vu, il y a déjà des cas de malnutritions qui sont arrivés ici. C’est les conditions que nous ne connaissons pas très bien, dans quelles conditions les gens vivent puisque les gens sont déplacés de leur village. Cela pose beaucoup de problèmes», explique Mgr Milandou.

L’archevêque de Brazzaville se veut encore plus précis et confie que l’archidiocèse de Kinkala était resté fermé.

«Moi, j’ai deux paroisses ici qui sont fermées. Personne ne peut y aller. Les prêtres n’y vont pas et n’y sont pas puisqu’on a forcé les populations à sortir de là. Donc c’est ce manque d’informations que nous n’avons pas, c’est difficile de savoir réellement ce qui se passe. C’est pourquoi parfois, on s’enferme dans le silence», a-t-il décrié.

Prenant le contrepied des déclarations des autorités, Mgr Milandou affirme que la crise persiste et que les gens souffrent. Les populations qui quittent leur village dans le Pool fuient toujours les hommes en armes. « Mais là, les gens sont forcés, les hommes en armes forcent les gens à partir, à quitter le village, à vider les villages. Je pense que c’est une technique, je ne peux pas en dire plus», dit-il, précisant que ces hommes armés sont tant les partisans du pasteur Ntumi, que les forces de sécurité congolaises.

Et c’est dans ce contexte que le pouvoir de Denis Sassou-Nguesso annonce la tenue des élections législatives. Pour l’évêque de Brazzaville, il sera difficile d’aller battre campagne dans la région du Pool. Pour sortir de cette situation, Mgr Milandou prescrit des solutions politiques. Selon lui, l’Eglise a toujours proposé quelque chose mais certains protagonistes n’en veulent pas.

Le prélat le déclare à qui veut l’entendre qu’il y a des gens qui ne veulent pas que la guerre cesse. C’est un fonds de commerce aussi. Mgr Milandou le dit sans ambages, la situation qui prévaut dans le Pool est désespérante et exaspérante

«J’étais évêque de Kinkala avant. Nous avons fait ce qu’on pouvait faire pour essayer de diminuer les souffrances. Et ça revient, un perpétuel recommencement. Finalement, cela ne nous réjouit pas», a-t-il conclu.

©OEILDAFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
congoMonseigneur Milandoupasteur Ntumipool

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Des hydroliennes envisagées sur le fleuve Congo pour développer l’agriculture

Sur les rives du Congo, des centaines de paysans produisent des fruits et légumes mais trop souvent, une partie pourrit

RDC: 14 personnes tuées dans la nuit de mercredi à jeudi dans l’est

[GARD align= »center »] Quatorze personnes ont été tuées dans une attaque menée dans la nuit de mercredi à jeudi dans le

Gabon : ouverture d’une enquête sur l’incendie de l’ambassade du Bénin

Lundi, l’actuel ministre gabonais de l’Intérieur, Guy Bertrand Mapangou a annoncé l’ouverture d’une enquête pour retrouver les personnes qui ont

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*