Côte d’Ivoire : 4e Assise de la jeunesse Ivoirienne, un pari pour l’avenir des jeunes.

Côte d’Ivoire : 4e Assise de la jeunesse Ivoirienne, un pari pour l’avenir des jeunes.
4e Assise de la jeunesse Ivoirienne, un pari pour l'avenir des jeunes.

4e Assise de la jeunesse Ivoirienne, un pari pour l’avenir des jeunes.

Ce mercredi 25 mars s’est ouverte au palais des sports d’Abidjan la 4e édition des assises de la jeunesse Ivoirienne. Cérémonie qui rassemble chaque année des milliers de jeunes autour de sujets les concernant.

Ils étaient nombreux les jeunes qui très tôt ce matin ont pris d’assaut le temple du basket à Treichville pour espérer avoir un emploi, car comme l’annonçait les spots promotionnels, les jeunes pouvaient se faire recruter sur place pendant ces 4e assises.

Paris gagné pour le comité d’organisation dirigé par, Touré Mamadou, conseiller technique du président de la République qui a su allécher les jeunes autour de cet événement annuel. Il a au cours de son discours d’ouverture donné les objectifs de ces assises de la jeunesse qui devraient rester pour lui la meilleure plateforme d’échange pour jeunes. Il a par ailleurs invité les jeunes à saisir leur chance sur les différentes opportunités d’emploi et de stage qui s’offrent à eux pendant ces rencontres qui durent quatre jours durant. « Au total, ce sont plus d’un demi-millier d’emplois et de stages qui vous sont offerts dans tous les secteurs d’activité », a-t-il annoncé au parterre de jeunes.

Cette 4e édition des assises de la jeunesse en plus de battre le record d’affluence est soutenue par plusieurs personnalités du monde politique, artistique et sportif. Présenté comme des modèles de réussite pour inspirer les jeunes, la sprinteuse Murielle Ahouré et les éléphants footballeurs, Kolo Touré et Wilfried Kanon sont venu partager leurs expériences avec les jeunes.

À leur côté plusieurs autres personnalités venues d’ailleurs étaient là pour exhorter la jeunesse au travail et à la persévérance. Le vice-président du parlement sénégalais, Abdoul M’Bow a invité les jeunes à se former parce qu’à ses yeux, la formation est la condition sine qu’a non pour que la Côte d’Ivoire redevienne la locomotive de l’Afrique de l’Ouest. « Je propose qu’une grande place soit accordée aux jeunes dans nos pays pour la construction de l’Afrique émergente », a souhaité l’hôte sénégalais.

À ce propos, le ministre Ivoirien de la jeunesse et des sports, Alain Lobognon co-parrain de l’événement n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour décrire la réalité de la situation de l’emploi des jeunes en Côte d’Ivoire. « Chaque jour, des emplois se créent en Côte d’Ivoire, malheureusement, il y a trop de diplômés en Côte d’Ivoire. Ces diplômés n’ont pas la qualification qu’il faut pour occuper ces emplois », a-t-il affirmé. Si cette situation reste une évidence majeure dans l’employabilité des jeunes, le discours n’a pourtant pas été apprécié par une partie des jeunes présents qui l’a brillamment manifesté.

Mais en réalité, quelle politique efficace de l’emploi peut-elle tenir sans une formation proposée ? Le système de l’enseignement Ivoirien et de beaucoup de pays Africains ne produit que des sujets bardés de diplômes sans aucune pratique et expérience à la base. La plupart des rares stages obtenus par les étudiants après le Brevet de Technicien Supérieur (BTS) sont dans des domaines différents de ce qu’ils ont appris durant leur cursus. Dure réalité pour la jeunesse Africaine.

Le ministre d’État, ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko aura été la véritable star à cette cérémonie d’ouverture des 4e assises de la jeunesse Ivoirienne. Il a au hasard choisi un jeune homme dans l’assistance à qui il a fait la promesse de l’engager dans son cabinet pour travailler. Il a aussi choisi une jeune fille, à qui il a aussi promis de financer à hauteur de cinq millions de Fcfa le projet qu’elle aura choisi de réaliser.

Ce geste est-il un coup de communication du ministre Hamed Bakayoko ou la matérialisation de son discours « les jeunes ne veulent plus de discours, ils veulent du concret », a-t-il déclaré.

Fulbert KOFFI
© OEIL D’AFRIQUE

 

Fulbert Koffi

Fulbert Koffi

Journaliste Oeil d'Afrique, basé à Abidjan (Côte d'Ivoire), spécialiste des dossiers politiques et sociaux culturels.


Tags assigned to this article:
cote d'ivoire

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Burkina Faso : Le Procureur général conclut à un homicide volontaire sur le juge Nébié

[GARD align= »center »] Dans la nuit du 24 mai aux environs de 20 heures 19 minutes, le corps sans vie de

Burkina: Des transporteurs de minerais manifestent à Ouagadougou

[GARD align= »center »] Ouagadougou a enregistré jeudi une manifestation des transporteurs de minerais. Le mouvement a bloqué l’entrée nord de la

Nord du Mali: Deux soldats burkinabè tués dans un attentat

[GARD align= »center »] Une voiture a explosé, samedi, aux abords d’une base de la Minusma au Nord-Mali faisant deux morts et

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*