Côte d’Ivoire: 6 mois de prison pour l’opposant Sam l’Africain

[GARD align= »center »]

L’opposant ivoirien d’origine libanaise Sam Mohamed Jichi, dit « Sam l’Africain », le 11 mai 2016 à Abidjan|AFP

Un tribunal d’Abidjan a condamné vendredi à « six mois d’emprisonnement ferme », l’opposant ivoirien d’origine libanaise Sam Mohamed Jichi, dit « Sam l’Africain », pour « injures et diffamation envers un groupe ethnique ».

Arrêté le 17 mars, « Sam l’Africain », qui dirige un petit parti de la mouvance favorable à l’ex-président Laurent Gbagbo, est aussi condamné à cinq ans de privation des droits civiques.

Selon des propos rapportés par la presse, ce Libanais d’origine, marié à une Ivoirienne, avait, lors d’un meeting, affirmé que l’actuel président ivoirien Alassane Ouattara était d’origine burkinabè et marié à une Française.

Né en Côte d’Ivoire, M. Ouattara a accompli sa scolarité secondaire au Burkina voisin, à l’époque la Haute-Volta, et occupé plusieurs postes au titre de ce pays, ce qui a alimenté un interminable débat sur sa nationalité, ses adversaires l’accusant d’être d’origine burkinabè.

Certains de ses adversaires politiques avaient développé pour le déclarer inéligible le concept nationaliste d' »ivoirité », qui sera à l’origine d’une décennie de sanglante crise politico-militaire en Côte d’Ivoire entre 2002 et 2011.

Le procureur avait requis 12 mois d’emprisonnement contre Sam l’Africain, dénonçant « des propos xénophobes qui furent dans le passé à l’origine de crise politique » dans le pays et estimant que les « discours haineux doivent êtes bannis par des leaders qui aspirent à diriger la Côte d’Ivoire ».

La condamnation de Sam l’Africain « est une grave atteinte à la liberté démocratique et d’expression » a réagi son avocat Me Modeste Abié, critiquant « une très mauvaise décision ».

« Un leader politique ne mérite pas la prison quand il s’exprime lors d’un meeting comme ce fut son cas » a poursuivi Me Abié, affirmant avoir « immédiatement fait appel » à la condamnation.

La nouvelle Constitution adoptée en 2016 par référendum doit « tourner la page » d’une décennie de crise, notamment éliminant le concept d’ivoirité et en clarifiant les conditions d’éligibilité du chef de l’Etat.

Sam l’Africain était devenue une véritable vedette lors qu’il a déposé en tant que témoin en 2016 à La Haye au procès pour crimes contre l’humanité du président Gagbo devant la Cour pénale internationale (CPI).

Ses répliques d’une fausse naïveté prêtant parfois à rire, mais aussi ses pleurs en évoquant l’aide que M. Gbagbo a apporté à sa mère, son physique rondouillard et son boubou avaient fait sensation au procès de son ancien mentor.

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
condamnationpartispolitiqueprocèsSam l'Africain

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Côte d’Ivoire : la police arrête le porte-parole des ex-combattants

[GARD align= »center »] La police ivoirienne a arrêté vendredi à Bouaké (centre) le porte-parole des ex-rebelles démobilisés, réclamant des primes similaires

En Afrique de l’Ouest, l’instabilité politique favorise le trafic de drogue

L’instabilité politique en Afrique de l’Ouest a favorisé le trafic de drogue dans une région devenue au fil des années

Mali : 6 jihadistes suspects proches du Mujao arrêtés à Gao

 [wp_ad_camp_3] Après des tirs de roquettes sur la ville de Gao le mercredi 25 décembre, les forces de défenses et

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*