Côte d’Ivoire: Accusé « d’atteinte à la sûreté de l’Etat », Michel Gbagbo, a été convoqué à la DST

[GARD align= »center »]

Michel Gbagbo, fils de l'ex-président ivoirien

Michel Gbagbo, fils de l’ex-président ivoirien

Accusé « d’atteinte à la sûreté de l’Etat », Michel Gbagbo, fils de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, a été convoqué mercredi par la Direction de la surveillance du territoire, a-t-on appris auprès de son entourage.

M. Michel Gbagbo, qui avait été arrêté avec son père le 11 avril 2011 à Abidjan, à l’issue de la crise postélectorale de 2010-2011, a été plusieurs fois entendus dans le cadre de ce chef d’accusation.

Le fils de l’ex-président ivoirien, qui avait été relaxé en août 2013 avec interdiction de sortir du pays, a été condamné en mars 2015 à cinq ans de prison, mais reste en liberté grâce à un recours suspensif.

Professeur en psychologie à l’université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, Michel Gbagbo, a repris les cours après sa détention.

Jouissant de la nationalité française, il a saisi tribunal de première instance de Paris, affirmant avoir été « torturé » et subi un « traitement inhumain » par les « hommes » de Guillaume Soro.

Sur instigation de la juge d’instruction Sabine Khéris, M. Soro, a été convoqué maintes fois aux fins d’être entendu par la justice française dans cette affaire, qui reste toujours pendante.

Cette nouvelle convocation montre que Michel Gbagbo est toujours dans l’antre de la justice ivoirienne. Selon des médias locaux, il a récemment tenu des propos durs envers des hauts responsables du pouvoir.

Patrice ALLEGBE
Abidjan – © OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
cote d'ivoirejusticeMichel Gbagbo

[fbcomments]

Related Articles

RDC: Omar El-Béchir à Kinshasa, 90 associations réclament son arrestation

[GARD align= »center »] Le président soudanais Omar El-Béchir est présent à Kinshasa depuis mardi. Son déplacement s’inscrit dans le cadre du

Sénégal : ouverture controversée du procès du député Barthélémy Dias

[GARD align= »center »] Au Sénégal, le procès du député de l’opposition, Barthélémy Dias, qui devait s’ouvrir, jeudi 20 octobre 2016, au

Le Ghana interdit les crèmes eclaircissantes

La FDA, l’autorité en charge des produits alimentaires et pharmaceutiques interdit la vente des produits eclaircissants au Ghana. Le blanchiment

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*