Côte d’Ivoire: après sa sortie contre Bolloré, Billon va-t-il démissionner?

Côte d’Ivoire: après sa sortie contre Bolloré, Billon va-t-il démissionner?

La sortie du ministre du commerce et de la promotion des PME, Jean-Louis Billon la semaine dernière dans les colonnes d’un hebdo français, l’observateur dénonçant l’acquisition du deuxième terminal à conteneur du port d’Abidjan par Bolloré connaît continue de faire des vagues.

Après la sortie inattendue du ministre Billon dénonçant les conditions d’attribution du marché du deuxième terminal du port d’Abidjan à Bolloré c’est une déclaration éclaire du porte-parole du gouvernement Bruno Koné qui a confirmé le mécontentement du gouvernement Duncan face à une déclaration « peu courtoise » d’un membre dudit gouvernement.

«Ces genres de décisions se prennent après de très longues discussions en conseil de gouvernement, après de longues discussions en conseil de ministres, » a déclaré le porte-parole du gouvernement.

On peu alors clairement lire à travers cette intervention le malaise qui prévaut en ce moment au sein du gouvernement sur cette affaire surtout lorsque le porte-parole avance que «les ministres qui ont participé aux discussions n’ont pas à faire état de ce qu’ils ont pu dire lors des discussions. Il s’agit d’un principe qui est appliqué dans tous les gouvernements, un principe de solidarité du gouvernement. Quand une décision est prise elle est collective. Dès le moment où le chef du gouvernement et le président l’ont entériné.»

Mais comme si ce rappel à l’ordre du gouvernement ne suffisait pas, Jean-Louis Billon a récidivé ce dimanche en répondant directement à Bolloré qui l’accuse à travers un communiqué de défendre des intérêts personnels et familiaux.

« Bolloré veut détourner le problème, j’ai des actions dans plusieurs sociétés en Côte d’Ivoire, ce n’est pas parce-que j’ai des actions dans des sociétés dans mon pays que je suis condamné à me taire et à ne pas défendre les intérêts de mes compatriotes quand ceux-ci sont en danger! je suis ministre du commerce et c’est mon rôle de défendre les intérêts de mon pays avant toutes sortes de considérations. Et d’ailleurs, sur cette affaire la commission de l’UEMOA a déclaré recevable la plainte du groupe français CMA CGM, j’espère que Bolloré dira aussi que j’ai des actions au sein de l’UEMOA ! »

Jusqu’où ira le ministre Billon dans cette affaire aux allures de secret story surtout qu’il embarrasse tout l’establishment à commencer par le président Ouattara lui-même. Selon une source de son entourage le ministre Billon serait prêt à démissionner au cas ou où président Ouattara le sermonnerait.

Si les jours passent et nul ne comprend le tout-puissant président de SIFCA c’est en effet un nuage qu’il tente de dissiper malgré les difficultés auxquelles il pourrait être confronté. En effet Jean-Louis Billon dans l’incapacité en tant que ministre de faire bouger vraiment les choses surtout avec la hausse des prix des denrées sur le marché voudrait toucher du doigt le vrai problème au risque de créer des mécontents au plus haut niveau pour ne pas être le seul sacrifié de la cherté de la vie.

« On fera tous mais si rien n’est fait pour que les tarifs manutentionnaires au port baisse la vie continuera d’être chère. La hausse des prix part de là-bas c’est pour cela il faut lutter pour casser le monopole au port et dans plusieurs secteurs pour le bien-être des populations » avance le ministre à qui veut l’entendre.

D’aucuns voient des intentions électoralistes derrière les actes de dénonciation du ministre Billon qui ne voudrait pas se voir noyer en occupant ce poste de ministre du commerce car le fauteuil présidentiel à l’avenir l’intéresserait.

Pour l’instant l’opinion reste favorable a la position du « nouveau ministre rebelle » qui de par son acte de dénonciation dévoile les dessous de ces accords de dupe que nous font subir ces grands groupes avec la complicité de nos dirigeants sous le sceau d’une sois disante coopération bilatérale et autre accords d’échanges.

L’indépendance de nos États sera effective si elles commençaient par être indépendante économiquement.

 

Fulbert KOFFI
Abidjan – Oeil d’Afrique

Fulbert Koffi

Fulbert Koffi

Journaliste Oeil d'Afrique, basé à Abidjan (Côte d'Ivoire), spécialiste des dossiers politiques et sociaux culturels.


Tags assigned to this article:
abidjanBollorécote d'ivoireport

Related Articles

Au Mali, Macron appelle à relancer le processus de paix

[GARD align= »center »] Le président français Emmanuel Macron a appelé vendredi au Mali devant son homologue Ibrahim Boubacar Keïta à accélérer

Fusillade à la Banque Centrale du Congo ! Un inspecteur de la Présidence échappe à la mort.

Une scène digne d’Hollywood a étonné et révolté plus d’un témoin dans la matinée d’hier mercredi 29 mai 2013 à

RDC: l’aéroport de Goma sous le contrôle du M23, scènes de pillages

Les rebelles du M23 ont pris mardi le contrôle de la l’aéroport stratégique de Goma, la capitale régionale du Nord-Kivu,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*