Côte d’Ivoire : dégel des comptes de 4 pro-Gbagbo, libération de 70 prisonniers en vue

[GARD align= »center »]

 L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo au premier jour de son procès devant la CPI, le 28 janvier 2016.|AFP

L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo au premier jour de son procès devant la CPI, le 28 janvier 2016.|AFP

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le «dégel total» des comptes bancaires de quatre personnalités proches de l’ex-chef de l’Etat, Laurent Gbagbo. Un dégel réclamé depuis plusieurs mois par la Front populaire ivoirien (FPI, opposition). L’information a été donnée par le porte-parole du gouvernement, Bruno Nabagné Koné.

«Le ministère public en prenant en compte l’état des procédures en cours et la situation humanitaire des bénéficiaires de ses comptes a décidé du dégel total des comptes de quatre personnes, sur 43 comptes bancaires encore gelés pour des questions liées à des procédures en cours devant les juridictions», a indiqué le ministre.

Les comptes dégelés appartiennent à Jeannette Koudou (sœur cadette de Laurent Gbagbo), Philippe Attey (Ex-directeur général de la Société des transports d’Abidjan), Gilbert Anoh N’guessan (ex-président du Comité de gestion de la filière Café-cacao) et Sansan Kouao (planteur de café cacao dans l’Est du pays).

L’ex-directeur général du Port autonome d’Abidjan, Marcel Gossio a également vu ses comptes dégelés par le gouvernement ivoirien.

Aux lendemains de la crise postélectorale de 2010-2011, qui a fait officiellement plus de 3000 morts, la justice ivoirienne avait ordonné le gel de plusieurs comptes appartenant aux membres de l’ancien parti au pouvoir.

Le dégel des comptes se fait progressivement. En effet, cette décision n’est pas la première. Plusieurs comptes appartenant aux anciens barons du régime de Laurent Gbagbo avaient déjà été dégelés.

Le Conseil des ministres a également décidé mercredi d’accorder leur liberté à 70 personnes détenues pour des faits d’atteinte à la sureté de l’état ou des troubles à l’ordre public, sur une liste de 206 détenus.

Pour le ministre Koné, la détention de ces personnes n’est plus nécessaire. Il n’a toutefois pas révélé les noms de ces personnes.

Ces décisions font suite aux récentes discussions politiques au cours desquelles le Front populaire ivoirien (FPI), parti de l’ancien chef de l’Etat, avait remis au gouvernement une liste de 300 personnes détenues à la suite de crise post-électorale qui devraient être libérées.

Pour sa part, le ministère de la Justice reconnait détenir seulement 268 personnes dont les 206 en instruction, 29 en instance de jugement et 33 déjà condamnés.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
cote d'ivoiredégel des comptespro-Gbagbo

[fbcomments]

Related Articles

Ghana: Le ministre des sports muté à la présidence et est remplacé par Mahama Ayariga

[GARD align= »center »] John Mahama n’aime pas le désordre. Le président ghanéen qui avait préalablement ouvert une enquête suite à l’élimination

Au Ghana, les femmes prennent le volant et leur vie en mains

[GARD align= »center »] Faith Lawson, à bord d’un large pickup gris, slalome en marche arrière entre des cônes, sur la terre

Côte d’Ivoire: la tendance FPI pro-Gbagbo appelle au boycott de la prochaine présidentielle

Le front populaire ivoirien tendance pro-Gbagbo dirigé par Aboudrame Sangaré appelle au boycott de l’élection présidentielle prévue le 25 octobre

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*