Côte d’Ivoire: « Détournement » de 5 milliards de Fcfa dans la filière anacarde

[GARD align= »center »]

Le franc CFA|©Jose Cendon/Bloomberg via Getty Images

Le franc CFA|©Jose Cendon/Bloomberg via Getty Images

Un audit diligenté dans le secteur anacarde en Côte d’Ivoire révèle un « détournement » de 5 milliards de Fcfa, dans les transactions financières effectuées par les dirigeants du Conseil coton-anacarde, organe de régulation en charge de la gestion de ces deux filières.

Une partie de ce « déficit » porte sur « un prêt de 1,9 milliard de Fcfa » accordé par le Conseil du Café-Cacao au Conseil Coton-anacarde en vue d’aider la filière à « s’installer et à démarrer » ses activités, indique un rapport du Cabinet Deloitte.

Selon les conclusions de ce Cabinet, « seulement 2% » du montant octroyé, soit près de 40 millions de Fcfa, a été affecté aux besoins du Conseil coton-anacarde.

L’audit a été fait à la demande de la Haute autorité pour la bonne gouvernance, une institution luttant contre la corruption, à avoir été saisie par l’Association des exportateurs de cajou de Côte d’Ivoire, qui a dénoncé la gestion du Conseil.

Le Conseil coton-anacarde prélève au titre de la parafiscalité, des redevances au profit de l’Etat ivoirien, dont le volume est passé de « 9,83 FCFA/kg en 2014 à 45,33 FCFA/kg en 2016 ».

Le montant prélevé est reparti comme suit : « Contrôle qualité et poids à l’exportation (1,5 Fcfa/Kg); Redevance Conseil coton-anacarde (3 Fcfa/Kg); Prélèvement sacherie brousse (5,33 Fcfa/Kg), Prélèvement fonds de soutien (3,5 Fcfa/Kg), Soutien à la structuration (30 Fcfa/Kg), Entretien des pistes et développement (2 Fcfa/Kg) ».

La Côte d’Ivoire est devenue premier producteur mondial d’anacarde devant l’Inde, avec plus de 700.000 tonnes. Le prix du Kg pour la campagne en cours, fixé à 350 Fcfa est négocié à une moyenne de 5.50 Fcfa/Kg, en raison de la demande à l’exportation.

Patrice ALLEGBE

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
cote d'ivoireDétournementfcfa

[fbcomments]

Related Articles

Les Ivoiriens privilégient le mobile money pour effectuer leurs transactions financières (rapport BM)

[GARD align= »center »] En Côte d’Ivoire, les populations privilégient le mobile money pour effectuer leurs paiements et transferts d’argent, relativement aux

Mali: 5 morts dans l’attaque d’un camp de l’armée dans le centre

Au moins cinq personnes ont été tuées dans l’attaque d’une position de l’armée malienne lundi matin dans le centre du

Après la peur, les langues se délient à Ziniaré, la ville du « beau Blaise »

[GARD align= »center »] « C’était notre frère, on ne sait pas ce qui va arriver », confie un jeune vendeur de bicyclettes à

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Soro 17
    Soro 17 24 mai, 2016, 23:15

    Si nous poussons plus loin les investigations, nous seront tous surpris d’avoir assisté à un cirque dont les acteurs (accusateurs et présumées victimes) sont tous impliqués dans ce soit disant scandale à forte odeur de noix de cajou. la Haute Autorité pour la bonne gouvernance (HABG). Cet organe de lutte contre la corruption, créé en 2013 a une mission noble mais en faisant une analyse nous remarquons que son secrétaire générale M. KOUAME YAO (pro Gbagbo repêché par Seydou Diarra ) est un ami intime de la famille M. Berte Mamadou (DGA du CCA abidjan) , et est un Acheteur et Exportateur agrée par les soins du DGA du CCA, donc haut fonctionnaire et affairiste qui profite de sa position de juge et partie pour aider son acolyte BERTE Mamadou a regler ses comptes au sein du CCA. C’est une affaire a suivre de très près meme au dela des résultats de l’audit que tout le monde attend. Pourquoi diantre, lorsque les planteurs touchent enfin le fruit de leur souffrance saisonnière (jusqu’a 800F/Kg contre 25 francs il y a pas longtemps), que des exportateurs poussés par la famille exportatrice Berte Mamadou & épouse, épaulée par M. KOUAME YAO Secrétaire Général de la Haute Autorité pour la bonne gouvernance (HABG) s’agitent ils? en réalité ce doit être une affaire de gros sous opposant une confrérie dirigée par M. KOUAME YAO et son poulain, visant à prendre le controle du pouvoir executif du Conseil du Coton et de l’Anacarde afin d’offrir sur un plateau d’argent tous les avantages à ces multinationales, car il faut le savoir, depuis que « ces villageois touchent de l’argent, les exportateurs n’ont plus de grosses marges de bénéfice, il faut que ça cesse! disent ils ». Nous demandons au Président OUATTARA d’être très vigilant, et d’analyser le profil de tous ces faucons qui ne sont pas blanc comme neige, qu’il fasse le choix entre ces producteurs qui redore le blason de la côte d’ivoire et la boulimie de ces multinationales, qui se sont déja payé le Secrétaire Général de la Haute Autorité pour la bonne gouvernance (HABG) et qui veulent faire main basse sur le CCA. Enfin Que le cabinet Delotte abrege les souffrances des ivoirien en publiant ce fameux rapport dont la primeur est réservé à M. KOUAME YAO avant meme les autorités compétentes.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*