Côte d’Ivoire: Grève dans les universités du pays, et revoilà la FESCI !

Côte d’Ivoire: Grève dans les universités du pays, et revoilà la FESCI !
 L’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody

L’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody

La Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) a lancé ce lundi, une grève de 72 heures dans les universités et grandes écoles de Côte d’Ivoire pour protester contre les conditions d’études difficiles pour les étudiants.

Après l’université de Bouaké il y a de cela quelque jours c’est autour des universités et grandes écoles de la capitale Abidjanaise de rentrer dans la danse de la grève. Ce lundi la fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire a décidé de se faire entendre, en plus de l’arrêt des cours qu’ils ont décidé d’observer ils ont délogé comme à leur habitude les étudiants des grandes.

Selon Fulgence Assi, secrétaire général de la FESCI, les étudiants ne supportent plus ‘’les conditions d’études difficiles et inadéquates, les étudiants en ont marre des promesses non tenu par les autorités » à déplorer Fulgence Assi.

Le chef de file de la FESCI dit que les difficultés des étudiants ivoiriens demeurent et se résument en ‘’ l’absence de bourses, de bibliothèques et de laboratoires sur les campus « . Il s’insurge contre l’arrêt des inscriptions au 15 avril prochain quand les bourses d’études de l’année académique antérieure restent encore impayées.

La fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire voudrait aussi protester contre la fin du système de repêchage au baccalauréat tel qu’annoncé par le ministre ivoirien de l’enseignement supérieur, Gnamien Konan. Il faut noter que les candidats malheureux au baccalauréat étant repêché selon un système de calcul des notes et moyennes des matières spécifiques, la FESCI ne comprend pas pourquoi cette règle de repêchage devait changer en cours d’année scolaire.

La grève de 72h décrété par la principale organisation estudiantine de Côte d’Ivoire sonne son retour officiel sur la scène universitaire et publique après la crise post-électorale, qui l’avait vu fait profil bas après le changement de régime.

Les jours avenirs risquent d’être chaud sur les campus universitaires vu la relation tendue qu’entretien en ce moment le ministre Gnamien de L’enseignement supérieur et cette organisation.

Il faut se souvenir que les derniers événements de Bouaké entre le ministre et les étudiants de la FESCI ont créé un bras de fer qui n’est pas prêt d’arranger les choses surtout quand cette organisation jure d’avoir la peau du ministre.

Dommage que cette grève des étudiants vienne ternir un temps soit peu l’ambiance festive de la précampagne électorale du camp Ouattara, ramenant à la réalité des faits du système LMD qui tarde à connaitre un succès auprès de la famille universitaire. Étudiants et professeurs se plaignent du manque de moyens didactiques pour une meilleure adaptation au LMD.

Fulbert KOFFI

© OEIL D’AFRIQUE

 

Fulbert Koffi

Fulbert Koffi

Journaliste Oeil d'Afrique, basé à Abidjan (Côte d'Ivoire), spécialiste des dossiers politiques et sociaux culturels.


Tags assigned to this article:
cote d'ivoireFESCI

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Le président nigérien juge « indispensable » une intervention internationale en Libye

 [GARD align= »center »] Le président nigérien Mahamadou Issoufou a jugé vendredi « indispensable » une intervention internationale en Libye, en proie aux violences

Comment Excite avait refusé de racheter Google pour 750 000 dollars.

En 1999, Larry Page et Sergei Brin, créateurs du moteur de recherche Google envisagent de le revendre afin de pouvoir

Crise au Nord-Mali : L’Algérie revient dans le règlement du conflit, le Burkina mis à la touche

[GARD align= »center »] Le dossier malien et notamment la crise qui secoue le nord du pays sera l’un des dossiers qui

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*