Côte d’Ivoire : Les journaux de l’opposition annoncent deux journées presse-morte

[GARD align= »center »]

presse côte d'ivoire ivoire

La Coalition des journaux bleus (CJB), des organes de presse proches de l’opposition ivoirienne, a annoncé ce mercredi 14 décembre 2016 deux journées presse-morte les 20 et 21 décembre 2016 pour dénoncer la suspension de certains quotidiens de l’organisation.

Pour protester contre les sanctions infligées aux « journaux bleus », la Coalition entame « une campagne de protestation vigoureuse contre les dérapages de Raphaël Lakpé, président du Conseil national de la presse (Cnp), le régulateur de la presse imprimée », a déclaré César Etou, lors porte-parole à la presse.

 Les vendredi 16, samedi 17 et lundi 19 décembre 2016, la Coalition des journaux bleus publiera des bandeaux et des pages noires dans les journaux. Mais les mardi 20 et mercredi 21 décembre 2016, deux journées Presse-morte seront observées par tous les journaux de l’opposition, a-t-il ajouté.  

 « Ces activités seront renouvelées jusqu’à ce que M. Lakpé et le CNP reconnaissent notre droit à la différence, cessent de les piétiner en violant la loi », a-t-il poursuivi.

Le Cnp reproche aux journaux suspendus d’avoir continué de soutenir, après une suspension de 15 parutions en octobre 2016 pour le même motif, que « M. Laurent Gbagbo est président du Front populaire ivoirien (FPI) depuis le 3ème Congrès extraordinaire tenu par ce parti, le 30 avril 2015 ; qu’en son absence,  le FPI a pour président intérimaire M. Sangaré Abou Drahamane ».

Etou a qualifié de « dérapage » les sanctions du président Lakpé, avant de souligner que « la nouvelle panoplie des vocables interdits par M. Lakpé est très symptomatique du danger que le président du CNP fait planer sur les entreprises ».

« Ces termes interdits sont : « Prisonnier politique » ; « Détention arbitraire » ; « Dictature » ; « Gbagbo, président du FPI depuis le 3ème congrès non contesté de ce parti… » ; « M. Sangaré assure l’intérim de M. Gbagbo du fait de l’absence de ce dernier », a-t-il dit.

Selon la Coalition des journaux bleus « cette répression arbitraire ne vise pas les fautes professionnelles, parce qu’il n’y en pas à sanctionner. Raphaël Lakpé réprime la libre expression de l’opinion dans les journaux de l’opposition au détriment de la pluralité des opinions ».

«Le Conseil national de la presse veille au respect des règles relatives à la création, à la propriété, aux ressources et à la déontologie de l’entreprise (…) ainsi qu’au pluralisme de la presse » (pluralisme = diversité de titres et de lignes éditoriales, diversité des opinions) », a-t-il soutenu.  

Le Conseil national de la Presse (CNP) a infligé le 6 décembre 2016 des suspensions respectivement aux quotidiens La Voie Originale (26 parutions), Aujourd’hui et LG Infos (7 parutions).

La Coalition des journaux bleus (CJB) comprend les quotidiens La Voie originale, LG Infos et le Temps, Le Nouveau courrier et le Quotidien d’Abidjan. 

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
cote d'ivoirepresse

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Hausse du prix de l’électricité – Côte d’Ivoire: 1 mort lors des manifs, le parti de Gbagbo exige l’annulation des factures

[GARD align= »center »] Une personne a été tuée par balles, à Bouaké, dans le centre ivoirien, lors d’une manifestation des populations

Bénin: Boni Yayi échappe à un assassinat

Trois proches de Boni Yayi, le chef de l’Etat béninois, ont été arrêtés dimanche pour avoir tenté de l’empoisonner, a

Mali : Dioncounda Traoré va-t-il jeter l’éponge ?

Lundi 21 mai 2012, une foule en colère force le cordon sécuritaire du Secrétariat général, mitoyen au Palais de Koulouba,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*