Côte d’Ivoire: le parquet ouvre une enquête sur la mort du général Gueï en 2002

Côte d’Ivoire: le parquet ouvre une enquête sur la mort du général Gueï en 2002
une enquête sur la mort du général Gueï

Le général Robert Gueï, ex-chef de la junte tué dans des circonstances troubles le 19 septembre 2002

Le parquet militaire d’Abidjan a ouvert mardi une enquête sur la mort du général Robert Gueï, ex-chef de la junte tué dans des circonstances troubles le 19 septembre 2002, jour du déclenchement de la rébellion contre l’ex-président Laurent Gbagbo, a-t-on appris auprès de la justice.

L’ouverture de cette enquête, à la suite d’une plainte de la famille et des ayants-droit du général Gueï, permet d’éviter la prescription décennale, qui devait intervenir la semaine prochaine, a précisé le procureur militaire Ange Kessi.

J’ai commencé les auditions ce matin, a déclaré Ange Kessi à l’AFP.

Cette annonce a été saluée par le parti fondé par le général Gueï, l’Union pour la démocratie et pour la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI).

C’est une joie immense qui nous anime à l’annonce de cette nouvelle. Nous souhaitons que l’enquête aboutisse pour connaître les mains obscures qui ont commandité cet assassinat, a expliqué à l’AFP Jean Blé Guirao, secrétaire général adjoint du parti.

L’ancien président Laurent Gbagbo avait promis l’ouverture d’une enquête sur la mort du général Gueï, à la suite d’une plainte déposée par l’UDPCI, sans résultat.

Surnommé le père Noël en treillis, Robert Gueï a dirigé la junte militaire installée en Côte d’Ivoire après le coup d’Etat du 24 décembre 1999 contre le président Henri Konan Bédié. Il avait été vaincu par Laurent Gbagbo à la présidentielle d’octobre 2000 et chassé du pouvoir par la rue alors qu’il tentait de s’y maintenir.

Le général Gueï, âgé de 61 ans, avait été assassiné, ainsi que son épouse, le 19 septembre 2002, jour du coup d’Etat manqué contre Laurent Gbagbo, qui avait entraîné la prise de contrôle du nord et de l’ouest du pays par la rebellion des Forces nouvelles.

Robert Gueï avait été accusé par le pouvoir de Laurent Gbagbo d’être derrière ces troubles. Les partisans de Gueï attribuaient en retour au régime la mort de leur chef, ce que le camp Gbagbo a toujours récusé.

Selon une source proche du dossier, le commandant Anselme Séka Yapo, dit Séka Séka, ancien responsable de la sécurité rapprochée de Simone Gbagbo, épouse de l’ex-chef d’Etat, serait considéré comme le suspect numéro un.

Arrêté le 15 octobre 2011 et détenu depuis cette date, Anselme Séka a déjà été interrogé par la justice ivoirienne dans le cadre de l’enquête sur la disparition du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer, survenue en 2004 à Abidjan.

Il faisait partie des figures du régime de Laurent Gbagbo visées depuis décembre 2010 par des sanctions de l’Union européenne. Il a également été accusé d’être lié aux escadrons de la mort, des groupes accusés d’exécutions extrajudiciaires.

Soupçonné par la Cour pénale internationale d’être coauteur indirect de crimes contre l’humanité commis lors des violences liées à la crise post-électorale de 2010-2011, Laurent Gbagbo, arrêté le 11 avril 2011 à Abidjan, est détenu depuis fin 2011 à La Haye.

Simone Gbagbo est incarcérée à Odienné (nord) depuis avril 2011.

Le refus de Laurent Gbagbo de céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara, actuel président, avait plongé le pays dans une crise meurtrière qui avait fait 3.000 morts.

©AFP / Oeildafrique

 
 
 
Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.



Related Articles

FESPACO 2013: « Aujourd’hui » d’Alain Gomis remporte le grand prix du Fespaco

Le film Aujourd’hui du réalisateur franco-sénégalais Alain Gomis a remporté samedi à Ouagadougou le grand prix du Fespaco, le festival

Burkina Faso : Macky Sall cautionne une candidature de Compaoré en 2015

[GARD align= »center »] Cela ne doit pas plaire à l’opposition burkinabè : le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall est favorable à

RDC : tirs nourris à Kinshasa

[GARD align= »center »] La Garde républicaine était déployée en force dans Kinshasa mardi après-midi après avoir fait évacuer l’aéroport international de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*