Côte d’Ivoire : Le recensement général de la population divise à nouveau le pouvoir et le FPI

Côte d’Ivoire : Le recensement général de la population divise à nouveau le pouvoir et le FPI

 [wp_ad_camp_3]

RDR et FPILe gouvernement ivoirien a décidé d’organiser un recensement général de la population pour mieux planifier le développement du pays dans les années à venir. Mais ce recensement général permettra également d’avoir une idée sur le pourcentage de la population électorale en prélude à l’élection présidentielle de 2015 en Côte d’ivoire. Mais le Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo s’oppose à cette initiative de recensement général de la population.

Le FPI qualifie le projet d’illégitime et d’inopportun. L’opération de recensement général de la population et de l’habitat prévue par le gouvernement ivoirien va coûter en tout la somme de 12 milliards de francs CFA. Le recensement devra avoir lieu en fin de l’année 2014 et a pour but de fournir des informations sur la structure et la dynamique de la population ivoirienne, mettre à jour la base de données géo-référencée permettant de localiser avec précision les populations, les infrastructures dans 108 départements et 509 sous-préfectures totalisant plus de 10 000 villages et 40 000 campements.

Dans un communiqué signé par le porte-parole du parti, Laurent Akoun, le FPI dit marquer son opposition à ce projet dont les conditions de réussite sont loin d’être réunies. Le parti de Laurent Gbagbo relève évoque le contexte d’insécurité et de désordre sur l’ensemble du territoire national qui ne permettent pas de conduire sérieusement une opération aussi délicate que stratégique. Le FPI avance le déplacement massif de population, notamment dans l’ouest du pays, lors de la crise postélectorale de 2010-2011. Au plus fort des affrontements postélectoraux, environ 250 000 Ivoiriens s’étaient réfugiés dans les pays voisins parmi lesquels 200 000 sont rentrés au pays et 50 000 vivent encore dans les pays voisins, notamment au Liberia frontalier avec l’ouest ivoirien, selon des organisations internationales.

Pour le FPI, la crise de confiance et la traque orchestrée contre les pro-Gbagbo sur la base d’une justice à sens unique pour laquelle seuls les pro-Gbagbo sont a priori coupables et les pro-Ouattara, innocents ne faciliteront pas la réussite de l’opération. Alors qu’aucun partisan du président Ouattara n’est poursuivi par la justice, 80 partisans de son rival Gbagbo attendent d’être jugés en Cour d’assises pour leur rôle supposé dans la crise postélectorale qui a fait au moins 3 000 morts. Comme alternative à la réussite du recensement, le parti de Laurent Gbagbo e demande au gouvernement de différer la réalisation du recensement.

 [wp_ad_camp_3] 

Le communiqué signé par Laurent Akoun demande en outre aux organisations internationales de ne pas accorder leur soutien aussi longtemps que la Côte d’Ivoire n’aura pas retrouvé la normalité républicaine et démocratique, conditions sine qua non de tout processus de recensement fiable. On comprend aisément que la rivalité entre les pro-Gbagbo et les pro-Ouattara mine la vie de la Côte d’ivoire même dans les moindres détails.

Didier Assogba
Oeildafrique.com


Tags assigned to this article:
cote d'ivoire

Related Articles

Burkina: suspension du parti de l’ex-président Compaoré

[GARD align= »center »] Le gouvernement intérimaire du Burkina Faso a suspendu pour « activité incompatible avec la loi » le parti de l’ex-président

Procès en assises : « Je n’ai jamais été au cœur du système Gbagbo » (Simone Gbagbo)

[GARD align= »center »] L’ex-Première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, qui comparaît depuis quelques jours à la cour d’assises d’Abidjan pour

Côte d’Ivoire : l’ONUCI renforce ses patrouilles terrestres et aériennes

ABIDJAN – La porte-parole par intérim de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) Sylvie van den Wildenberg a

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*