Côte d’Ivoire: Ouattara accuse des proches de Laurent Gbagbo de tenter de déstabiliser le pays

Le président ivoirien Alassane Ouattara, à Abidjan, le 7 juin 2016.|AFP

Le président ivoirien Alassane Ouattara, à Abidjan, le 7 juin 2016.|AFP

Selon le premier flic ivoirien, les enquêtes diligentées (en cours) après une série d’attaques armées ciblant des postes de police et de gendarmerie dans plusieurs localités, ont conduit à ‘’l’arrestation de trente-cinq personnes et à l’identification de plusieurs autres’’.

‘’Les informations recueillies au cours des enquêtes et des auditions montrent clairement que ces attaques s’inscrivent dans un projet de déstabilisation impliquant des responsables politiques aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, plus particulièrement, au Ghana’’, a révélé le ministre Sidiki Diakité.

Parmi les instigateurs de ce projet qui ‘’instrumentalisent et arment certains démobilisés et militaires déloyaux’’, a-t-il précisé, figurent ‘’ Damana Pickas (en exil au Ghana), Stéphane Kipré (en exil), Lobognon Henry (recherché) et le Lieutenant Péhé Emmanuel (recherché)’’.

Outre ces quatre ‘’instigateurs’’, M. Diakité a indiqué que la plupart des personnes arrêtées ‘’avaient déjà été impliquées dans des attaques similaires au cours de la période 2012-2014’’, ajoutant qu’’’arrêtées et incarcérées, elles avaient été libérées dans le cadre du dialogue politique et du processus de réconciliation’’.

Il s’agit des militaires ‘’ Yobo Jean Rodolph, Aubain Oulaï alias Bino, Zamblé Youan Bi Zou Basile, Séry Doua dit Mocamo, Bohoussou Wassa Toussaint et Pécoula Mathias ainsi que des miliciens Dampai Jean Olivier, Adou Steven Djezen, Djihitien Rodrigue, Djipro Nikpi Hervé alias le Renard, Kouassi Konan Yves alias Gaou, Eba Eliahou Israël et Téhé Marc alias Marco’’, a cité le ministre de l’intérieur et de la sécurité.

Par ailleurs, a poursuivi Sidiki Diakité, les attaques de N’dotré, Azaguié et Adzopé ont mis ‘’en évidence l’implication de démobilisés et de militaires dont certains ont été mis  aux arrêts, notamment, Diabaté Abdoulaye alias Ablo la Roquette, Ouattara Gnonzié Lacina, Ballo Arouna et Zoré Yaya alias Yanès’’.

Depuis le début de l’année, une série d’attaques armées a ciblé des postes de police et de gendarmerie dans les localités de Bingerville, Cocody, Azaguié, Fresco, N’dotré, Adzopé et Songon.

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
cote d'ivoirelaurent gbagbo

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Côte d’Ivoire: la Chine va bâtir un stade olympique à Abidjan

Un stade « olympique » d’une capacité de 60.000 places, don de la Chine, sera construit à Abidjan à partir de 2016

Crimes imputés par la CPI à Gbagbo: son camp dénonce le « parti pris » du procureur

ABIDJAN – Le parti de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo a qualifié dimanche de « parti pris flagrant » les affirmations du procureur

Côte d’Ivoire : le procès de Laurent Gbagbo devant la CPI s’ouvrira le 10 novembre

Le procès de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et de l’ex-chef de milice Charles Blé Goudé, accusés de crimes contre

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*