Côte d’Ivoire : Reprise de la session parlementaire, le RHDP à l’épreuve de sa cohésion

Côte d’Ivoire : Reprise de la session parlementaire, le RHDP à l’épreuve de sa cohésion

Mercredi 2 octobre 2013, on assistera à Abidjan à la reprise de la session parlementaire de l’Assemblée nationale. Si la dernière session avait été marquée par l’adoption sur le fil des lois sur l’apatridie et le foncier, celle qui va s’ouvrir planchera également sur des questions engageant la vie de la Côte d’Ivoire.

Après un moment de répit, les députés ivoiriens seront à nouveau appelés à l’hémicycle ce mercredi à Abidjan. Les parlementaires vont débattre de questions aussi importantes les unes que les autres. L’on apprendra auprès du bureau de l’assemblée nationale en attendant qu’ils soient rendus officiels, que les thèmes de l’école ivoirienne, de l’université et de l’emploi de jeunes seront au menu du jour. Avec un taux record de plus de sept millions de demandeurs d’emplois, à n’en point douter cette question fera l’objet d’un long débat chez les parlementaires. Dans cette assemblée monocolore, composée essentiellement de la coalition RHDP (Rassemblement des Houphouëtiste pour la démocratie et la paix) au pouvoir en Côte d’Ivoire, la dernière session a fait montre d’une harmonie de façade. Celle-ci a laissé entrevoir de graves frictions entres alliés. Si après plusieurs conciliabules, les députés PDCI (Parti démocratique de Côte d’Ivoire) ont du céder aux projets de lois sur l’apatridie et la nationalité, cette autre session pourrait cacher d’énormes surprises.  A dire vrai, la cohésion au sein de ce RHDP est entamée à deux ans de la présidentielle.  En travaillant à une réélection immédiate d’Alassane Ouattara au premier tour de la présidentielle de 2015, tel qu’annoncé à l’occasion de leur 19ème anniversaire, le RDR (Rassemblement de républicains) veut prendre son destin en mains en comptant sur ses seules ressources. Il se peut que le PDCI dans sa confusion et ses contradictions lâche Alassane Ouattara. Alors s’ouvrira une bataille sans merci.

L’heure est désormais à la méfiance entre députés du PDCI et ceux du RDR. Mercredi, ces sourires « jaunes » qui seront visibles sur les lèvres traduiront si bien cette hypocrisie entre les deux ténors de la scène politique ivoirienne. Et si le FPI (Front populaire ivoirien) avait été dans ce parlement ivoirien…

Jonas Saraka
Abidjan-Oeildafrique.com

Jonas Saraka

Jonas Saraka

KOUAKOU Kouamé Jonas alias Jonas SARAKA. Licence de Journalisme, DEUG II en Sciences économiques.


Tags assigned to this article:
cote d'ivoireparlementRHDP

Related Articles

Abidjan empêche le FPI de rencontrer Simone Gbagbo, Affi Nguessan dénonce un musellement de l’opposition

[GARD align= »center »] Le Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l’ancien président de Laurent Gbagbo ne décolère pas. Cette colère

Côte d’Ivoire : Michel Gbagbo crée l’émeute à l’université Félix Houphouët Boigny

A peine sorti de prison que le fils Michel de l’ex président Laurent Gbagbo en détention à la Haye renoue

Détournement d’un pétrolier français par des pirates au large de la Côte d’Ivoire

Un pétrolier français avec à son bord 17 membres d’équipage, des Africains et deux Asiatiques, a été détourné par des

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*