Côte d’Ivoire : Les syndicats estudiantins signent une charte de non-violence jurant sur la bible et le coran

[GARD align= »center »]

L’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody

L’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody

Les leaders des principales organisations syndicales d’étudiants en Côte d’Ivoire, dont la Fesci et l’Ageeci, deux syndicats rivaux, ont signé la charte Tchiffi Zié Jean Gervais, un roi ivoirien et secrétaire général permanent du Forum des souverains et leaders traditionnels d’Afrique, en vue de la pacification du milieu universitaire et scolaire, prêtant serment sur les deux livres sacrés que sont la bible et le coran, en présence des autorités universitaires, coutumières et des étudiants, à l’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, à l’Est d’Abidjan.

Sa majesté Tchiffi zié a félicité ces organisations syndicales universitaires, notamment la Fesci et l’Ageeci, qui ont décidé de tourner dos à la violence et de faire la paix afin que l’espace universitaire ne soit pas paralysé. Cet « acte historique » posé par ces étudiants devant Dieu est un engagement, a-t-il rappelé, demandant aux étudiants d’être patients jusqu’à l’aboutissement de leurs revendications.

Il a appelé le gouvernement ivoirien à prendre des décisions courageuses pour trouver des solutions à leurs préoccupations, avant d’ajouter : désormais, les requêtes des étudiants seront discutées entre la royauté, les autorités universitaires et le gouvernement.

Cette charte vise en outre à trouver des réponses satisfaisantes aux préoccupations du monde enseignant et surtout de résoudre les problèmes académiques et sociaux des étudiants, entre autres le système Licence master doctorat (LMD), l’équipement en laboratoires des salles de travaux pratiques, le transport des étudiants et la restauration.

Les structures syndicales ont décidé que leurs membres « ne violentent plus d’étudiants et ne se violentent plus entre eux ». Ainsi, toute structure qui organise une activité sur l’espace universitaire devrait informer ou à défaut associer les autres structures sœurs.

La charte stipule par ailleurs que désormais, la gestion des quais des bus et/ou autres activité bénévoles devraient se faire de façon collégiale et sur l’institution du responsable présent. Elles se sont également engagées à interdire les rackets sur le campus. Par conséquent, tout contrevenant aux résolutions sur la gestion des quais est passible d’une sanction et l’étudiant fera l’objet d’une dénonciation à la police.

Des affrontements entre syndicats rivaux, ont fait des morts sur le campus, amenant le gouvernement à suspendre les activités de toutes les organisations estudiantines. Jusque-là, il régnait une mauvaise cohabitation entre les syndicats rivaux sur le camp. Pour Patrick Sodé, secrétaire général de l’Ageeci, cette initiative est à saluer. « Nous comptons sur les autorités qui doivent prendre les responsabilités Qui ton les leurs », a-t-il affirmé.

Le secrétaire général de la Fesci, Fulgence Assis Assi, s’est réjoui de la signature de cette plateforme, qui devrait favoriser, en filigrane un climat apaisé les campus.

Prenant la parole, le vice-président de l’université Félix Houphouët-Boigny, professeur Affian, a appelé les organisations estudiantines à respecte leurs engagements. Les universités publiques en Côte d’Ivoire comptent 86.000 étudiants, soit un enseignant pour 1.200 étudiants contre un professeur pour 25 étudiants requis par le système LMD.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
cote d'ivoiresyndicats estudiantins

[fbcomments]

Related Articles

Niger/attaque terroriste à la prison centrale de Niamey: deux gardes tués, 3 assaillants arrêtés

Un groupe de terroristes a attaqué la prison centrale de Niamey, samedi après-midi, tuant 2 éléments de la Garde nationale

Sénégal: la chanteuse Amy Collé arrêtée pour avoir critiqué le président Macky Sall

[GARD align= »center »] La chanteuse sénégalaise Amy Collé Dieng a été interpellée après avoir tenu des propos critiques envers le président

Sénégal: Yahya Jammeh libère de prison un Sénégalais condamné à mort en Banjul

Le Sénégalais Saliou Niang qui était condamné à mort en Gambie a obtenu la grâce du Président gambien, Yahya Jammeh,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*