Côte d’Ivoire: trois anciens chefs rebelles nommés préfets de région

Côte d’Ivoire: trois anciens chefs rebelles nommés préfets de région
Côte d'Ivoire

L’ex-chef de guerre des Forces nouvelles, Ousmane Coulibaly, le 2 octobre 2002 à Korhogo
© AFP/Archives Philippe Desmazes

Trois anciens chefs de guerre de l’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN), dont Ousmane Coulibaly, plus connu sous le pseudonyme de « Ben Laden », ont été nommés préfets de région en Côte d’Ivoire, a-t-on appris mardi de source officielle.

Les trois hommes, des figures de l’ex-rébellion de 2002-2011 intégrées depuis lors à l’armée, sont nommés par le président Alassane Ouattara dans des régions sensibles de ce pays qui connaît depuis août un regain de tensions avec une vague d’attaques visant les forces de sécurité, attribuées par le pouvoir à des partisans de l’ex-président Laurent Gbagbo, ce que l’opposition dément.

Annoncées par la rumeur, ces nominations, décidées au cours du Conseil des ministres du 26 septembre et vivement critiquées par la presse d’opposition, n’ont été rendues publiques que mardi à l’occasion de la publication de la nouvelle liste des préfets.

Le commandant Ousmane Coulibaly, dit « Ben Laden » en raison de sa barbe fournie, est nommé préfet de la région de San-Pedro (sud-ouest), deuxième port de la Côte d’Ivoire et ville stratégique pour l’exportation de cacao, dont ce pays est le premier producteur mondial.

Le commandant Tuo Fozié est affecté à Bouna (nord-est), chef-lieu de la région du Bounkani, à la frontière avec le Burkina Faso et le Ghana.

Le commandant Koné Messamba devient préfet du Cavally à Guiglo (ouest), près du Liberia, la zone la plus instable de la Côte d’Ivoire.

Les FN, qui ont contrôlé le nord du pays après leur coup d’Etat manqué contre le président Laurent Gbagbo en 2002, ont formé le gros des forces pro-Ouattara qui ont remporté l’offensive ayant abouti en avril 2011 à l’arrestation à Abidjan de M. Gbagbo, à l’issue d’une crise post-électorale de quatre mois ayant fait environ 3.000 morts.

Ousmane Coulibaly, qui préférait depuis plusieurs mois se faire appeler « Ben le sage », a longtemps été le « com-zone » (commandant de la zone) d’Odienné (nord-ouest) pour les FN.

Tuo Fozié, ancien directeur des services de police et de gendarmerie des FN et ex-ministre de la Jeunesse (2003-2005), a été l’un des meneurs de la rébellion. Il était ces derniers mois en charge de l’unité anti-racket au sein de l’armée, les Forces républicaines (FRCI).

Lui aussi ex-ministre, Koné Messamba dirigeait les forces paramilitaires des FN.

Les grandes figures des FN, souvent accusées d’exactions durant la décennie écoulée et la crise de 2010-2011, sont devenues des cadres de la nouvelle armée depuis la fin de la crise. Le régime invoque une réunification des forces jadis ennemies, mais pour de nombreux observateurs la réalité du pouvoir dans l’armée appartient désormais dans une large mesure aux ex-rebelles.

AFP / Oeil d’Afrique

 


Tags assigned to this article:
Alassane Ouattaracote d'ivoireprefetsrebelles

Related Articles

RDC: retour de Denis Mukwege, le gynécologue qui soigne les femmes violées

Le gynécologue Denis Mukwege, réputé pour son aide aux nombreuses femmes violées dans l’Est de la République démocratique du Congo,

RDC: le camp Tshisekedi mis en cause dans un nouveau complot contre Kabila

Les autorités congolaises ont encore une fois dénoncé ce jeudi 11 avril un nouveau complot contre le président Kabila et

Égypte: un colonel de police tué dans un attentat près du palais présidentiel

[GARD align= »center »] Un colonel de police a été tué et six personnes blessées lundi dans un attentat près du palais

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*