Côte d’Ivoire : Vers une généralisation de l’électricité d’ici 2020

Côte d’Ivoire : Vers une généralisation de l’électricité d’ici 2020

[GARD align= »center »]

Bruno Koné Nabagné, porte-parole du gouvernement ivoirien

Bruno Koné Nabagné, porte-parole du gouvernement ivoirien

Suite au conseil des ministres de ce mardi 27 mai, Bruno Koné, porte-parole du gouvernement ivoirien,  a annoncé de nouvelles mesures pour améliorer l’accès à l’énergie électrique pour les ivoiriens.

Vingt-six pour cent. C’est la proportion d’ivoiriens qui disposent d’un abonnement électrique, selon les chiffres officiels. Un taux assez faible si l’on considère que la Côte d’Ivoire est l’un des premiers pays exportateurs d’énergie électrique en Afrique subsaharienne. Une contradiction que tente, depuis quelques temps déjà, de modérer le gouvernement Ouattara. C’est au sortir du dernier conseil des Ministres ce mardi que le ton a été donné. Il s’agit entre autres de faciliter les modalités d’abonnement à l’électricité pour les ivoiriens.

« Désormais quand vous irez pour vous abonner à l’électricité, vous payerez 1000 FCFA au lieu de 150 000 FCFA par le passé », a indiqué Bruno Koné, porte-parole du gouvernement et Ministre des technologies de l’information et de la communication. Selon lui, « le paiement de la somme de 150 000 FCFA ne se fera plus sur le champ mais sera étalé sur dix ans, soit 2000 FCFA par facture ». Il s’agit d’encourager l’abonnement à l’électricité dont le coût de 150.000 FCFA constituait un frein pour la plupart des ivoiriens.

[GARD align= »center »]

« Permettre au maximum des ménages de s’abonner à l’électricité », tel est l’ambition exprimée par le gouvernement qui aspire à généraliser l’électrification de la Côte d’Ivoire d’ici 2020.

Pour ce faire, Bruno Koné a annoncé un certain nombre de mesures importantes pour ramener le nombre actuel d’abonnés de 50.000 environ à près de 200.000 « le plus rapidement possible ». L’une des premières actions consistera à garantir une concurrence équitable entre les acteurs du secteur en réduisant notamment le monopôle de Securel. L’organisme public était jusqu’ici le seul habilité à contrôler les installations électriques conformément aux normes en vigueur.

« On doit permettre que d’autres acteurs puissent intervenir au niveau du contrôle des installations » a expliqué le ministre des TIC. En outre, l’attestation de conformité ne serait plus obligatoire pour tous les types de construction.

[GARD align= »center »]

La Côte d’Ivoire qui a produit 1.600 mégawatts d’électricité en 2013 semble engagée sur la voie de la réforme de son secteur d’énergie. La CIE (Compagnie Ivoirienne d’Électricité) avait récemment annoncé un investissement de 152 millions d’euros à partir de fin 2014 pour raccorder gratuitement les ménages sur son réseau.

Marie Hélène SYLVA
Paris – Oeildafrique.com

Marie Hélène Sylva

Marie Hélène Sylva

Journaliste à oeil d'Afrique, basée à Paris (France)


Tags assigned to this article:
cote d'ivoireélectricité

Related Articles

COMPRENDRE LA CRISE MALIENNE…

L’intervention militaire de la France au Mali suscite de nombreuses interrogations, d’autant plus que la situation sur place reste très

RDC: 3 morts dans des attaques à l’arme à feu et à la grenade à Goma

Trois personnes ont été tuées et quatre autres blessées ces derniers jours dans des attaques à l’arme à feu et

CAN 2013: le carton rouge de Pitroipa a été annulé après visionnage de la vidéo du match

Le Burkina Faso a fait appel auprès de la Confédération africaine (CAF) concernant le carton rouge reçu par son attaquant

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*