Côte d’Ivoire : XIIème Congrès du PDCI, Bedié règle le compte de ses adversaires

Côte d’Ivoire : XIIème Congrès du PDCI, Bedié règle le compte de ses adversaires

Le XIIème congrès ordinaire du PDCI-RDA s’est ouvert  jeudi 3 octobre au palais des sports d’Abidjan-Treichville, et ce, jusqu’au dimanche prochain. Dans cette guerre pour le contrôle du doyen des partis politiques de Côte d’Ivoire, deuxième plus ancien d’Afrique subsaharienne après l’ANC, Henri Konan Bedié a muselé pour de bon ses adversaires à la présidence du parti.

Dans son discours d’ouverture attendu par les militants, Henri Konan Bedié a annoncé à l’endroit des congressistes d’importantes restructurations du PDCI. La dissolution du secrétariat général, pour la création d’un secrétariat exécutif, l’éclatement de la jeunesse du parti en trois branches (rurale, urbaine et estudiantine). Enfin, le verrou de la limite d’âge qui est de 75ans à la présidence du parti à sauté. Désormais l’on pourra être président du PDCI à tout âge. En se prononçant sur la vie de la nation ivoirienne, le président du PDCI propose la réorganisation de la commission électorale indépendante (CEI), la révision du découpage électoral par la réduction du nombre de région de 31 à 12, et cela sans considération ethnique. Relativement à la coalition RHDP, M. Bedié affirme que, « la remise en cause n’est pas à l’ordre du jour, il faut des réaménagements ».

12 congrès pdci

Aussi, replongeant dans le passé douloureux de la dernière décennie, Henri Konan Bedié a fait le bilan de cette période de disette. Période au cours de laquelle le PDCI a vu son patrimoine décimé. Par ailleurs, présent à l’ouverture de cette cérémonie, le FPI (Front populaire ivoirien) de l’ex-président Laurent Gbagbo représenté par Miaka Oureto, à salué la « maturité politique » du PDCI. Notons qu’il aurait fallu à Kouadio Konan Bertin, candidat déclaré à la présidence du PDCI, de faire le forcing pour que le protocole l’installe à la table de séance de ce congrès. On a frôlé l’incident. Pour finir, les trois candidats à la présidence du PDCI seront assis à la même table.

A l’évidence, tout ceci ressemble à du cirque, nous allons assister à un plébiscite du president sortant Henri Konan Bedié. Avec le verrou de la limite d’âge que va faire sauter le congrès, il ne faut pas s’attendre à un trop grand bouleversement. Le Thème de ces assises, « le PDCI face aux nouveaux défis, renouveau, rajeunissement et renaissance », sonne comme une grosse arnaque.

LA PRÉSIDENTIELLE EN LIGNE DE MIRE

Sa vraisemblable réélection devrait avoir de lourdes conséquences sur la vie politique ivoirienne à deux ans de la prochaine élection présidentielle.

« Ce congrès n’a d’autre intérêt que de connaître le nombre de mines posées sur le chemin d’une réélection, triomphale ou non, de Ouattara en 2015 », remarque un fin connaisseur du dossier. Le président Alassane Ouattara aura besoin d’un allié solide à ses côtés, de préférence dès le premier tour, pour garantir son second mandat.

Or MM. Ouattara et Bédié se sont alliés en 2005 au sein du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), un accord électoral qui avait permis à l’actuel chef de l?État de battre Laurent Gbagbo en novembre 2010.

L’entourage d’Alassane Ouattara se dit confiant que le PDCI « ne présentera pas de candidat ». Pour Namien N’Goran, coordinateur et président du comité d’organisation du congrès, il relève au contraire de l' »évidence » que son parti sera représenté à la prochaine présidentielle. »Il y a deux courants qui s?opposent au PDCI. L’un, pro-Bédié, veut que le parti ne présente pas de candidat à la présidentielle contre Ouattara. Le second est pour la désignation d’un challenger en 2015 sous peine de disparaître de la scène politique nationale », décrypte le politologue Paulin Kouassi Alomo.

Jeudi, lors de l’ouverture du congrès, Henri Konan Bédié s’est montré plutôt énigmatique sur le sujet.

« A l’avenir, il sera impossible à un seul parti d’exercer le pouvoir. L?alliance avec des formations politiques qui partagent les mêmes points de vue devient l’unique moyen d’acquérir ce pouvoir », a-t-il déclaré, sans plus de précision. Reste à déterminer la place de M. Konan Bédié dans ce processus. Si le 12e congrès du PDCI est placé sous le signe du « renouveau », du « rajeunissement » et de la « renaissance », son chef est déterminé à changer les statuts de son parti pour demeurer à sa tête jusqu’à… 84 ans.

D’où un climat de discorde au PDCI ces dernières semaines. Dix-huit militants ont ainsi traîné leur chef en justice pour son rôle dans l’organisation entachée d' »irrégularités » du congrès. Les plaignants ont été déboutés mercredi.

Jonas Saraka
Abidjan-Oeildafrique.com

 

Jonas Saraka

Jonas Saraka

KOUAKOU Kouamé Jonas alias Jonas SARAKA. Licence de Journalisme, DEUG II en Sciences économiques.


Tags assigned to this article:
cote d'ivoireHenri Konan BédiéPDCIpolitique

Related Articles

Hausse de l’électricité: Plus de 7.800 soldats ivoiriens mobilisés pour sécuriser les villes du pays

[GARD align= »center »] Près de 7.800 éléments des forces de l’ordre de Côte d’Ivoire ont été mobilisés suite aux violentes manifestations

Bénin: A Abidjan, Ouattara et Gnassingbé réconcilient Talon et Boni

[GARD align= »center »] C’est désormais l’amour retrouvé entre Patrice Talon et Yayi Boni, deux amis divisés depuis trois ans par une

Congo : Charles Bowao menace Sassou Nguesso d’une grande insurrection

[GARD align= »center »] Charles Zacharie Bowao, l’ancien ministre de la Défense de Denis Sassou Nguesso ne cache plus ses appréhensions contre

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*