CPI: La liberté provisoire refusée à Laurent Gbagbo pour la septième fois

CPI: La liberté provisoire refusée à Laurent Gbagbo pour la septième fois
Laurent Gbagbo

L’ex-Président ivoirien, Laurent Gbagbo à la haye 29/10/2013

Tous les moyens de la défense ont été balayés du revers de la main par la chambre d’appel.  L’ex-président ivoirien restera en prison. Ce mardi 29 octobre 2013 à 09h00 (heure locale de La Haye), la Chambre d’appel de la CPI, a prononcé son jugement d’appel en session publique.

Le jugement portait sur l’appel interjeté par la Défense de M. Laurent Gbagbo concernant la décision du 11 juillet 2013 de la Chambre préliminaire I sur le troisième examen de la détention de Laurent Gbagbo en vertu de l’article 60 (3) du Statut de Rome.

La liberté provisoire tant espérée par les partisans de Laurent Gbagbo ne sera pas obtenue. La défense de l’ex-président ivoirien doit d’avantage se concentrer sur l’audience de confirmation des charges d’avril 2014. Une audience qui a doit décider de la tenue ou non d’un procès.

Début juin, les juges de la CPI avaient indiqué au procureur qu’ils avaient besoin de preuves supplémentaires pour décider de mener ou non un procès contre Laurent Gbagbo, 68 ans, pour son rôle présumé dans les violences post-électorales qui avaient déchiré la Côte d’Ivoire de décembre 2010 à avril 2011.

Ces violences, qui avaient suivi le refus de M. Gbagbo de reconnaître sa défaite face à Alassane Ouattara à l’élection de novembre 2010, avaient fait quelque 3.000 morts.

Laurent Gbagbo, soupçonné de crimes contre l’humanité, avait été interpellé en avril 2011 par les forces pro-Ouattara, appuyées par l’armée française et l’ONU. Il avait ensuite été transféré fin 2011 à La Haye, où il est écroué depuis. M. Gbagbo nie les accusations portées à son encontre.

L’épouse de Laurent Gbagbo, Simone, fait elle aussi l’objet d’un mandat d’arrêt de la CPI, mais Abidjan refuse de la remettre à la Cour, au motif que la justice ivoirienne est désormais en capacité d’assurer équitablement son procès.

L’ex-ministre Charles Blé Goudé, proche de Laurent Gbagbo, fait lui aussi l’objet d’un mandat d’arrêt. Il est actuellement détenu en Côte d’Ivoire.

Jonas Saraka
Abidjan-Oeildafrique.com

Jonas Saraka

Jonas Saraka

KOUAKOU Kouamé Jonas alias Jonas SARAKA. Licence de Journalisme, DEUG II en Sciences économiques.


Tags assigned to this article:
cote d'ivoireCPIjusticelaurent gbagbo

Related Articles

Mme Gbagbo a « organisé une distribution d’armes », a déclaré un témoin, à la reprise de son procès

[GARD align= »center »] L’ex-Première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, poursuivie pour « crimes contre l’humanité », a « organisé une distribution d’armes » lors

Nigéria : Biya et Deby se coalisent contre Boko Haram avec le renforcement de la sécurité

[GARD align= »center »] On s’achemine vers une action régionale et concertée dans la lutte contre la Secte islamiste, Boko Haram dans

Le nom du chef de la diplomatie ivoirienne « rayé » sur une liste pour un voyage officiel

[GARD align= »center »] Le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Albert Mabri Toikeusse, dont le nom figurait sur la liste des personnalités

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*