CPI : Présence obligatoire pour Uhuru Kenyatta lors de son procès à la Haye

CPI : Présence obligatoire pour Uhuru Kenyatta lors de son procès à la Haye
Uhuru Kenyatta

Le président kenyan Uhuru Kenyatta

Malgré les tractations du Kenya pour soustraire ses dirigeants de la justice internationale ou pour obtenir qu’ils suivent leur procès qui se déroulera à la Haye par vidéo conférence depuis Nairobi, rien n’a changé. Uhuru Kenyatta et son Vice président Willam Ruto sont obligés de se présenter devant le tribunal de la Haye lors de leur procès pour crimes contre l’humanité. Toutefois, la Cour Pénale Internationale a affirmé ce mardi que des exceptions seront examinées au cas par cas.

« En règle générale, M. Kenyatta devra être présent au procès. Toutes les demandes futures d’être dispensé d’assister à des parties du procès seront examinées au cas par cas », a indiqué la CPI dans un communiqué.

C’est le 5 février 2014 que s’ouvre le procès du président Kenyan, Uhuru Kenyatta. Et cette décision de la CPI vient compliquer la tâche au président accusé de crimes contre l’humanité lorsqu’il était encore un simple citoyen en 2007. Un précédent jugement de la CPI rendu le 18 octobre avait donné la possibilité à Uhuru Kenyatta de ne pas assister à l’ensemble des audiences de son procès. Mais ce ne sera plus désormais le cas à la lumière de la décision qui a été rendue ce mardi. Ainsi malgré ses fonctions exigeantes de président du Kenya, M. Kenyatta doit se présenter devant le tribunal de la Haye.

La Cour a expliqué avoir retiré son autorisation pour s’aligner sur une récente décision similaire de la chambre d’appel dans le deuxième procès de la CPI au sujet des violences postélectorales de 2007-2008, celui contre le vice-président kényan William Ruto.

[wp_ad_camp_1]

Le président du Kenya, Uhuru Kenyatta et Son vice président William Ruto, élus au mois d’avril 2013 à la tête du Kenya, crient à un acharnement de la justice internationale contre leur personne. Les deux hommes se plaignent de devoir combiner un procès avec leurs fonctions, notamment la gestion de la lutte contre les combattants islamistes en Somalie, ainsi que les suites d’un attentat en septembre dernier contre un centre commercial à Nairobi.

C’est ainsi que l’Union Africaine a pris fait et cause pour eux et a même convoqué un sommet spécial à cet effet. Le sommet, le tout dernier de l’UA tenu à Addis Abéba a été une tribune de reproche pour la CPI jugée trop partisane contre les Chefs d’Etat en exercice de l’Afrique. A la suite de ce sommet le Kenya a tenté de se retirer du Statut de Rome fondant la CPI.

Rappelons que le président Kenyan et son Vice président sont poursuivis pour leurs rôles présumés lors de violences ayant suivi la réélection contestée du président Mwai Kibaki et qui avaient fait plus de 1.000 morts et plus de 600.000 déplacés. Ils comparaissent libres et font l’objet de citations à comparaître. Contrairement au procès de Uhuru Kenyatta, le procès Willian Ruto a été ouvert le 10 septembre à la Haye avant que le Vice président Kenyan ne soit autorisé à rentrer chez lui pour gérer certaines affaires dans des cas exceptionnels. Cette décision de la CPI va relancer le débat concernant l’immunité des chefs d’Etat en fonctions à l’Assemblée des Etats parties de la CPI qui se tient depuis quelques jours à la Haye.

Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
CPIUhuru Kenyatta

Related Articles

Said Djinnit sur la lutte contre le terrorisme au Sahel: «La clé du succès, c’est la coopération entre tous les pays»

[GARD align= »center »] Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest, Said Djinnit a préconisé, vendredi,

Tanzanie: plus de 25.000 Burundais expulsés en un mois

Entre 25.000 et 30.000 Burundais ont été expulsés de Tanzanie vers le Burundi en un mois, a affirmé la représentante

Egypte : Procès moubarak: des milliers de personnes protestent place Tahrir

Les manifestants qui ont investi la place Tahrir depuis le 3 juin réclament, entre autres, la suspension de l’élection présidentielle, la formation d’un conseil présidentiel

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*