CPI: Un témoin accuse le cinéaste Sidiki Bakaba d’avoir participé à la crise postélectorale aux côtés des « forces pro-Gbagbo »

[GARD align= »center »]

Le comédien Sidiki Bakaba|©DR

Le comédien Sidiki Bakaba|©DR

Joël N’Guessan, le porte-parole du Rassemblement des républicains (Rdr), le parti du président Alassane Ouattara, a accusé mardi le cinéaste ivoirien Sidiki Bakaba d’avoir participé, avec arme à la main, à la crise postélectorale aux côtés des forces « pro-Gbagbo », lors d’une audition à la Cour pénale internationale (CPI), en qualité de témoin.

M. N’Guessan qui raconte qu’après que ses deux gardes de corps, Traoré Zié et Koné Yacouba, ont été tués par les forces loyales à M. Gbagbo, lors d’une interpellation à Cocody, au nord d’Abidjan, le cinéaste Sidiki Bakaba, qui filmait la scène, s’est approché de leurs véhicules et lui a mis un pistolet sur la tempe afin de l’éliminer pour ne pas rapporter les faits.

« Quelle belle patate ! », a lancé M. Bakaka devant le corps de l’un des gardes dont la tête avait été « explosée », avant de « commencer à filmer », a rapporté le porte-parole du Rdr, qui répondait aux questions de l’accusation, au cours de l’interrogatoire.

Il a affirmé avoir vu le commandant Séka Séka, qui conduisait les opérations, mais souligne avoir eu la vie sauve grâce à Stéphane Kipré, le gendre de M. Gbagbo, qui après avoir été joint par les soldats, a indiqué que l’ex-ministre des Droits de l’Homme était son oncle et qu’il venait d’une visite familiale.

M. Sidiki Bakaba, ancien directeur du palais de la culture de Treichville (sud Abidjan), avait été arrêté lors de la crise postélectorale, au palais présidentiel au Plateau, le quartier des Affaires d’Abidjan, avant d’être relâché. Dans des vidéos postées sur les réseaux sociaux, il avait été touché par des balles au niveau des jambes.

En exil en France, le célèbre cinéaste et homme de théâtre, Sidiki Bakaba, devrait comparaître devant la justice française pour des faits survenus en 2011 en Côte d’Ivoire, dans le cadre d’une information judiciaire.

Le cinéaste est un proche de M. Gbagbo, qu’il a suivi caméra au poing jusque dans son bunker, lors de la crise postélectorale de 2010-2011, pour « témoigner » des faits, assure-t-il.

Il est attendu le 6 juillet au tribunal de grande instance de Paris, où il devrait être interrogé dans le cadre des violences postélectorales de 2010-2011, à la suite d’une plainte des autorités ivoiriennes.

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
CPIGbagboSidiki Bakaba

[fbcomments]

Related Articles

Côte d’Ivoire: l’ex-aide de camp de Simone Gbagbo, condamné à 20 ans, se pourvoit en cassation

Le commandant Anselme Séka Yapo, ancien chef de la sécurité rapprochée de l’ex-Première dame ivoirienne Simone Gbagbo, s’est pourvu en

La Mauritanie consomme trois fois plus qu’elle ne produise en matière de ressources forestières

Le secrétaire général du ministère délégué auprès du premier ministre chargé de l’environnement et du développement durable en Mauritanie, Mohamed

Côte d’ivoire : La nouvelle CEI sera installée au mois de juin prochain

[GARD align= »center »] La Commission électorale indépendante (CEI, réformée) de la Côte d’ivoire sera officiellement installée au mois de juin 2014.

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*