Crise malienne : la responsabilité des occidentaux

Crise malienne : la responsabilité des occidentaux
Crise malienne la responsabilité des occidentaux

Sarkozy, Obama, Cameron : «Kadhafi doit partir»

Depuis quelques mois, le Mali est devenu l’otage des islamistes et djihadistes de toutes sortes. Les nombreuses thérapies engagées n’arrivent toujours pas à être mises en application.

Mais cette situation ne serait pas intervenue si les Occidentaux, dans leur volonté à en finir avec Kadhaffi, n’avaient pas aidé à désintégrer la Lybie.

La crise malienne suscite aujourd’hui tous les émois et est au cœur de tous les débats. Les solutions africaines sont diverses et varient selon les institutions et les Chefs d’Etat. Seulement depuis le déclenchement de la crise au Mali, les Occidentaux sont réticents, assez distants sur la gestion de cette crise. Et pourtant, cette crise ne serait pas venue si les Occidentaux n’avaient aidé les forces de l’opposition libyenne, le Cnt, à abattre Khadaffi et à désintégrer le pays. En effet, la Libye a toujours été le pays où se refugiaient les chefs des différentes rebellions touareg qui interviennent de temps en temps au Niger et au Mali dans le but de persécuter les gouvernements de ces deux pays. Le président Khadaffi, lui-même bédouin, a toujours donné son soutien, sa protection et parfois même assistance militaire à ces Touaregs. De retour de leur mission, ils -certains- sont parfois intégrés dans l’armée libyenne. C’est le cas de Mohamed Ag Najim, le patron du Mnla qui fut un ancien colonel de l’armée libyenne qui a combattu aux côtés de son maître jusqu’aux derniers moments de la crise. En partant de la Lybie, il a emmené dans son retour au bercail plus de 1000 Touaregs combattants dans l’armée de Khadaffi et un arsenal militaire assez impressionnant. C’est avec cela qu’il a pu constituer le Mnla et attaquer le nord du Mali pour créer la république de l’Azawad. Les Occidentaux devraient donc aussi assumer leurs responsabilités dans cette crise car ce n’est qu’une des conséquences collatérales de la guerre contre Khadaffi. Ils doivent aider donc les pays africains à trouver une solution efficace contre cette crise qu’ils ont participé à créer.

Par Marcel Zoumènou

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
crisemalienneoccidentauxresponsabilité

Related Articles

RDC : le nombre de réfugiés fuyant la Centrafrique augmente

Plus de 2.300 personnes, dont des militaires, ont quitté jeudi la Centrafrique pour se réfugier de l’autre côté du fleuve

Afrique du Sud: un nouveau meurtre alourdit le bilan des victimes du conflit minier

Un homme a été tué samedi soir en marge des violents conflits sociaux qui agitent le secteur des mines en

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*