Crise postélectorale gabonaise : Un émissaire d’Ali Bongo échange avec Ouattara à Abidjan

[GARD align= »center »]

Le ministre gabonais de l’Intérieur, de la décentralisation et de la sécurité, Pacôme Moubelet Boubeya, a rencontré le mercredi 14 septembre 2016 le président ivoirien Alassane Ouattara, au palais de la présidence de la République, à Abidjan|©AFP

Le ministre gabonais de l’Intérieur, de la décentralisation et de la sécurité, Pacôme Moubelet Boubeya, a rencontré le mercredi 14 septembre 2016 le président ivoirien Alassane Ouattara, au palais de la présidence de la République, à Abidjan|©AFP

Le ministre gabonais de l’Intérieur, de la décentralisation et de la sécurité, Pacôme Moubelet Boubeya, a rencontré le mercredi 14 septembre 2016 le président ivoirien Alassane Ouattara, au palais de la présidence de la République, à Abidjan, où ils ont échangé sur la crise postélectorale au Gabon, dans laquelle la Côte d’Ivoire est accusée d’ingérence par Libreville.

Au sortir de sa rencontre avec SEM Alassane Ouattara, M. Boubeya a dit être venu à la demande du chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo, « transmettre un message d’union et de fraternité » au président ivoirien. « Au cours de notre échange, nous avons aussi fait le bilan de la situation gabonaise », a-t-il déclaré face à la presse, assurant qu’ « il  ne peut y avoir de flou entre la Côte d’Ivoire et le Gabon ».

L’émissaire gabonais a souligné que pour le président Ali Bongo Ondimba, il ne pouvait y avoir aucune fronde, aucun nuage dans les relations entre la Côte d’Ivoire et le Gabon, encore moins entre les deux peuples.

Il a souligné qu’il était porteur d’un message d’ »union » entre les peuples ivoiriens et gabonais. Un « message particulier qui nous rappelle l’histoire  que nous avons en commun depuis la veille de nos indépendances jusqu’à ce jour», a-t-il précisé.

A l’issue de l’élection présidentielle du 27 août dernier au Gabon, la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap) et le ministère de l’Intérieur, ont déclaré Ali Bongo vainqueur avec 49,80 % des suffrages contre 48,23 % pour son rival Jean Ping, qui réfute ce résultat, évoquant un « vol » de sa victoire.

Mamadi Diané, ex-Conseiller du président Alassane Ouattara, accusé par les autorités gabonaises d’avoir mis sur pied une application pirate « dénommée « Regardez les élections au Gabon –REGAB-» pour influer sur les résultats de l’élection présidentielle, en complicité avec Yeo Sihifowa, un hacker ivoirien, a été limogé par le chef de l’État ivoirien.

Une autre personnalité ivoirienne, Jean-Marc Zoé, un homme présenté comme un « chargé de mission » à la présidence de la République de Côte d’Ivoire, a été récemment cité comme le commanditaire de cette ingérence dans l’élection présidentielle du 27 août 2016 au Gabon.

Le jeune hacker ivoirien, Sihifowa Yéo (35 ans), interpellé à Libreville dans le QG de Jean Ping, après le démantèlement du réseau, a révélé dans une vidéo avoir été contacté par M. Jean-Marc Zoé. Il a comparu en début de semaine devant un tribunal gabonais pour atteinte à la sureté de l’Etat.

L’opposant Ping a saisi la Cour constitutionnelle, qui devrait rendre son verdict dans les jours à venir. Pour Abidjan, ces agissements de ces Ivoiriens cités dans l’affaire de « complot » et d’ingérence sont des initiatives personnelles et n’engagent aucunement la responsabilité de l’Etat ivoirien.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
abidjanali bongocote d'ivoiregabonouattara

[fbcomments]

Related Articles

Grogne contre la hausse de l’électricité : « évitons les procès en sorcellerie » (Guillaume Soro)

[GARD align= »center »] Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, qui s’est exprimé sur la situation de grogne survenue suite

Entretien: Les 3 péchés de Guillaume Soro

Lors qu’on rencontre un homme politique loin des palais du pouvoir, loin de sa cours et du discours aseptisés du

John Dramani Mahama prend le témoin d’Alassane Ouattara à la tête de la CEDEAO

[GARD align= »center »] John Dramani Mahama, le président ghanéen a été élu à la tête de la Communauté économique des Etats

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*