Dadis Camara annule sa candidature à l’élection présidentielle guinéenne

Dadis Camara annule sa candidature à l’élection présidentielle guinéenne
Dadis Camara

Le capitaine Moussa Dadis Camara, en 2010 à Ouagadougou.|AFP

L’ancien chef de la junte guinéenne Moussa Dadis Camara a annulé sa candidature à l’élection présidentielle du 11 octobre. Son avocat, Me Jean Baptiste Jocamey Haba a fait l’annonce jeudi soir sur les antennes de TV5.

«Le dépôt de candidature à l’élection présidentielle prend fin le1er septembre, donc mardi. Il n’y a plus de raison que le président Dadis ait le temps matériel de déposer sa candidature». Telle est la déclaration faite, jeudi soir, sur les antennes de la télévision française Tv5, de Me  Jocamey Haba, avocat de Moussa Dadis Camara. Cette décision intervient au lendemain du retour manqué de l’ancien chef de la junte guinéenne à Conakry. Mercredi, après avoir décollé de la capitale du Burkina, Moussa Dadis Camara était attendu à Conakry, mais son avion qui devait faire escale à Abidjan, a été interdit d’atterrir sur le sol ivoirien. L’appareil a été dérouté vers Accra, la capitale du Ghana avant un retour à la case départ à Ouagadougou avec son client à bord, Moussa Dadis Camara. Selon des médias guinéens, Abidjan explique avoir reçu des «instructions» venant de Conakry, de ne pas laisser le leader des Forces patriotiques pour la démocratie et le développement (FPDD) transiter sur son sol. Malgré l’insistance du Commandant de bord, Abidjan restera intraitable et l’avion finira par se poser à l’aéroport d’Accra. Du côté de Conakry, les explications d’Abidjan ne convainquent pas. Le Gouvernement guinéen a balayé d’un revers de la main les motifs invoqués par Abidjan. Damantang Albert Camara, porte-parole du gouvernement a affirmé que les autorités guinéennes compétentes n’ont reçu aucune note d’information annonçant le retour de Dadis Camara.

L’avocat de l’ex-chef de la junte guinéenne a annoncé une plainte contre l’Etat guinéen et celui ivoirien auprès de la cour de justice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest. Le 11 mai dernier Dadis Camara annonçait à Ouagadougou, son ambition de briguer la  magistrature suprême de son pays, avant d’être inculpé le 8 juin dans le dossier du massacre du 28 septembre 2009.

Pour son avocat, l’élection présidentielle du 11 octobre 2015 n’est pas une fin en soi. Me Jocamey Haba indique que son client a encore tout le temps pour préparer son avenir politique. Toutefois, a-t-il observé, c’est une leçon que son client n’oubliera jamais, estimant que Dadis Camara a été empêché par les autorités guinéennes de se présenter à la présidentielle. «Ce n’est pas une renonciation, c’est un empêchement. Le seule responsable de cet empêchement, ce sont bien les autorités guinéennes», a dit Haba à Tv5.

Dadis Camara a été inculpé par la justice guinéenne pour complicité d’assassinats, séquestration et viols, lors du massacre du 28 septembre 2009.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
Dadis Camaraélection présidentielleguinée

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

L’UA et la crise malienne : L’amateurisme de la CEDEAO

C’est peu dire que d’avancer que la situation au Mali reste une grosse épine au pied des organisations sous- régionales,

Hollande répond à distance à Sarkozy à Dakar: L’Afrique dans l’Histoire et dans l’avenir

[GARD align= »center »] Le président français François Hollande a récusé samedi à Dakar le discours controversé de son prédécesseur Nicolas Sarkozy

RDC: ouverture de la session ordinaire de mars à l’Assemblée nationale

Le président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku a invité vendredi les députés à doubler d’ardeur au travail en faisant preuve

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*