Dakar: Violents affrontements entre étudiants et policiers

Dakar: Violents affrontements entre étudiants et policiers

[GARD align= »center »]

Senegal Manifestants sénégalais

AFP |Archives

L’université Cheikh Anta Diop de Dakar fait face à des affrontements entre étudiants et policiers, autour du paiement des bourses et de l’admission aux programmes de Master. Ce jeudi, les étudiants ont repris le flambeau de la contestation, après leur manifestation de mercredi, qui a occasionné des blessés et des arrestations.

L’air était pollué, ce jeudi matin, aux alentours de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar qui accueille près de 100 mille étudiants pour une capacité normale d’environ cinquante mille apprenants. Sur la principale avenue qui traverse le campus social, des douilles de grenades lacrymogènes sont éparpillées au sol. Des cailloux qui font office d’armes pour les étudiants se mêlent au décor des sachets plastiques, souvent balancés par les passants.

Au niveau des entrées et sorties de l’université, des policiers qui ont le doigt à la gâchette sont postés. D’autres sont assis à l’arrière de véhicules pick-up garés au bord de la route. Depuis mercredi, ils font face aux étudiants excédés par le non paiement des bourses et l’admission de certains d’entre eux aux programmes de Master.

[GARD align= »center »]

Dans le campus, le bâtiment qui abrite le centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD), a été la cible des manifestants. Vitres brisées, chaises cassées, bureaux renversés et documents sabotés sont visibles. Le directeur de l’établissement, Abdoulaye Diouf Sarr ne peut que constater les dégâts: «Ils ont saccagé les bureaux, détruit de la documentation administrative. C’est un sinistre important. Nous allons finaliser l’évaluation de la perte pour voir quelle est son ampleur».

Plainte contre 2832 étudiants

Face à l’ampleur de la violence à l’Université Cheikh Anta Diop, l’Etat promet, non seulement de rétablir l’ordre pour le déroulement normal des cours, mais va porter plainte contre 2832 étudiants. Selon le ministre de l’Enseignement supérieur, Mary Teuw Niane, le régime de l’ex-chef d’Etat Abdoulaye Wade (2000-2012) a perverti le système éducatif sénégalais. «Pendant l’année 2012-2013, sur 645 étudiants ayant validé leur licence à la Faculté de lettres et sciences humaines, 391 ont passé entre six ans et 17 ans pour l’obtenir », affirme le ministre. Mary Teuw Niane  ajoute que 2832 personnes ont perçu des bourses indûment, dont 1800 au niveau du troisième cycle.

[GARD align= »center »]

Donc, une plainte a été déposée au bureau du Procureur, qui permettra d’éclairer l’opinion sur cette affaire. Malgré tout, les manifestations continuent chez les étudiants, dont certains parmi eux, ont été interpellés par la police.

Baba Mballo
Dakar – Oeildafrique.com

 

Baba Mballo

Baba Mballo

Journaliste à oeil d'Afrique, basé à Dakar (Sénégal)


Tags assigned to this article:
dakaretudiantsViolents

Related Articles

Depuis Paris, Wade soutient une marche de l’opposition contre Macky Sall

[GARD align= »center »] Le Pape du Sopi, Abdoulaye Wade, ex-président sénégalais, a manifestement béni la marche de l’opposition contre la gouvernance

Sénégal: peines variables pour les complices de Karim Wade

Si le principal accusé, Karim Wade, fils de l’ex-Président sénégalais, a écopé, lundi 23 mars 2015, six ans de prison

Sénégal: deux journalistes déférés au Parquet pour des articles sur l’armée

Après avoir été entendus la veille à la Section recherche de la gendarmerie de Colobane (quartier de Dakar), deux journalistes

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*