Débat autour de la CPI : Pax Africana plaide arsenal judiciaire continental en Afrique

Débat autour de la CPI : Pax Africana plaide arsenal judiciaire continental en Afrique
Edem Kodjo

Edem Kodjo

Les dirigeants africains réunis les 12 et 13 octobre dernier à Addis Abéba en Ethiopie n’ont pas été tendres avec la Cour Pénale Internationale. L’institution supranationale a été au centre des débats lors de ce sommet des Chefs d’Etat africains. Ces chefs d’Etat ont souhaité un retrait massif du groupe des pays fondateurs de la Cour pour le fait que la cour poursuit actuellement deux chefs d’Etat en exercice à savoir : Omar El Béchir du Soudan et Uhuru Kenyata du Kénya.

A cet effet, deux courants d’opinions tranchées ont opposé ces derniers jours, le cercle des intellectuels africains suite à ce Sommet extraordinaire de l’Union Africaine consacré à la CPI.

Le Forum Panafricain pour la Paix et le Développement, Pax Africana, la fondation de l’ancien Premier ministre togolais, Edem Kodjo rappelle ce samedi dans une déclaration dont la Rédaction d’œildafrique.com à Lomé a obtenu copie, qu’il urge que l’Afrique se dote d’un système judiciaire crédible à vocation continentale. Cet appel

« Cet arsenal judiciaire panafricain adapté aux réalités contemporaines devra permettre de demander des comptes à des auteurs d’infractions graves et répréhensibles. Ce qui a été fait dans le cas d’Hissène HABRE où l’Union africaine a demandé au Sénégal de juger l’ancien Chef d’Etat tchadien est également une voie à explorer. Le meilleur moyen de rendre effectif ce nouvel ordre judiciaire panafricain serait d’élargir et de renforcer les compétences de la Cour africaine des Droits de l’Homme et des Peuples », écrit cet après-midi Edem Kodjo.

Pour Pax Africana, il faut en tout état de cause se hâter dans la mise en place de solutions africaines aux graves violations des Droits de l’Homme sur le Continent. Cet outil, préconise Pax Africana, devra appuyer les justices nationales sur une juridiction supra-nationale et continentale mais « universelle» dans son essence, se focalisera entre autres sur la défense des droits des citoyens face à la raison d’Etat.

« Cette somme de solutions africaines aurait le mérite d’éviter les stigmatisations de toutes sortes, de responsabiliser les Africains, de défendre les peuples du Continent et de ne plus rendre absolues les procédures enclenchées par la CPI ces dernières années contre des responsables africains », conclu la note de la fondation.

Créée en juillet 2010 à Lomé au Togo et présidée par Edem KODJO, ancien Secrétaire général de l’OUA (devenue Union Africaine), ancien Premier Ministre du Togo, Membre fondateur de la CEDEAO, Pax Afrcana est une Fondation à but non lucratif à vocation internationale dont l’objectif essentiel est de garantir la paix et le développement en Afrique par la construction de l’Unité du Continent.

Elle fait du panafricanisme la pierre de touche de ses actions. Elle procède à l’analyse des conflits et à leur prévention au moyen de la négociation ou de la médiation. Elle s’est illustrée dans un passé récent dans des pays comme la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, Madagascar, le Mali, etc.

Didier ASSOGBA
Lomé – Oeildafrique.com


Tags assigned to this article:
afriqueCPI

Related Articles

Guinée: le Premier ministre appelle au dialogue, l’opposition suspend ses manifestations jusqu’à lundi

Le Premier ministre guinéen Mohamed Saïd Fofana a appelé mardi au dialogue pour parvenir à un consensus autour des échéances

Sénégal: division des magistrats sur le sort de Karim Wade

Au fond de sa cellule, Karim Wade doit certainement sourire. Quand il saura que le magistrat à la Cour Suprême

Gambie: Yahya Jammeh déclare à la télévision d’Etat qu’il va quitter le pouvoir

[GARD align= »center »] Yahya Jammeh a annoncé samedi à la télévision d’Etat gambienne qu’il allait quitter le pouvoir, après des discussions

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*