Débat Barrack Obama vs Mitt Romney: bienvenue à « Hollywood débat »

Débat Barrack Obama vs Mitt Romney: bienvenue à « Hollywood débat »

Qui a remporté la partie entre Mitt Romney et Barack Obama? Personne. Et qui avait remporté le premier débat? Personne non plus. Lorsque j’observe les différentes réactions des Africains par rapport aux deux débats ayant opposé Barack Obama et Mitt Romney, je me demande si tout ce beau monde qui s’agite autour des performances de l’un ou l’autre candidat, a-t-il vraiment pris le temps, ou s’est-il donné la peine de vérifier ou d’analyser rigoureusement tout ce que racontent les deux hommes? Le plus surprenant dans l’histoire, c’est que les gens sont vraiment convaincus que les deux individus ont des points de vue diamétralement opposés sur plusieurs questions. Ce qui n’est pas le cas dans une large mesure.

Obama et Romney sont vraiment des vrais acteurs de cinéma. Quelques exemples en guise d’illustration : Romney critique l’Obamacare alors que celui-ci est, dans les faits, une copie conforme, à l’échelle nationale, du système mis en place dans le Massachussetts par lui Mitt Romney quand il était gouverneur de cet État. Le pire dans l’histoire, c’est qu’il ne s’agit pas d’une « réforme révolutionnaire » du système de santé comme on a tenté de nous faire croire, mais bien d’une « reforme » dans la continuité d’un système dans lequel les grandes compagnies d’assurance font la pluie et le beau temps. À y regarder de près, l’on constate que ce n’est pas vraiment le système prôné par Obama qui dérange les Républicains mais le fait de l’imposer à tous les Américains. Ironie de l’histoire, c’est que l’idée même d’exiger de tout Américain qu’il prenne une couverture santé privée avait éclos et fait son chemin au sein d’un think-tank conservateur avec le soutien de Romney. Cerise sur le gâteau, c’est Barack Hussein Obama qui s’y était opposé à l’époque ─ ce monde est merveilleux. Rien à voir donc avec l’assurance santé universelle qu’on trouve dans plusieurs pays occidentaux. Pour tout dire, les États-Unis, de tout le monde occidental, est le pays qui a le plus mauvais système de santé. Et croyez-moi, en regardant Romney et Obama s’offrir en spectacle, les grands patrons des compagnies d’assurance doivent se régaler.

Mais passons au deuxième point : la politique étrangère. Ici aussi, les deux candidats ont prouvé qu’ils étaient bons acteurs. Romney prétend qu’Obama est mou dans la résolution de la crise syrienne et avance que lui, une fois au pouvoir, va aider les barbus à se débarrasser du président Assad. Encore là, il ment, et Obama sait aussi qu’il ment. En fait, les deux mentent. Bon, ils disent ce qu’ils ont envie de dire. La crise syrienne, comme on le sait maintenant, est pilotée par les États-Unis. Dès le début de ce qu’on a appelé « l’insurrection populaire », l’ambassadeur américain en Syrie avait commencé à recruter les amis d’Al Qaeda qui avaient combattu en Libye contre Kadhafi. On sait aussi que toute la propagande médiatique contre la Syrie, à l’échelle mondiale, est contrôlée depuis Washington par Ben Rhodes, le conseiller adjoint à la sécurité nationale des États-Unis. En tout cas, je préfère m’arrêter là.

Non mais ce sont des véritables comiques ces deux là. Pour qui nous prennent-ils? Pour des moutons. À lire certains commentaires, ils n’ont pas tout à fait tort. Un peu de jugeote ne fait de mal à personne chers amis. Ah, je vous vois venir : Patrick, qui allons-nous voter alors? Quelqu’un a dit le parti vert. Je sais, les médias ne parlent pas d’eux parce qu’ils ne font pas partie des élites ─ un peu comme la sénatrice Cynthia McKinney lors des élections US en 2008: ni vu, ni entendu, ni connu. Bon, je vous donne quand même leurs noms au cas où : Jill Stein, candidate à la présidence, et Cheri Honkala, candidate à la vice-présidence. Ah! J’ai oublié de vous dire qu’elles ont été appréhendées par la police alors qu’elles marchaient avec des partisans vers le campus de l’université où s’est déroulé le débat entre les deux comiques, ce soir. Les deux candidates ont organisé une conférence de presse improvisée durant laquelle Mme Stein a qualifié le débat de «parodie de démocratie». Ont-elles tort? Je ne sais pas mais une chose est sûre : pendant que les vrais détenteurs du pouvoir ─ les grands patrons des banques et des multinationales ─ dans ce pays, se moquent du petit peuple, payeur de taxe, moi, je fais comme à Hollywood : je bois mon lait…

Patrick Mbeko

Patrick Mbeko

Patrick Mbeko

L'analyste des questions géopolitiques.


Tags assigned to this article:
DébatéléctionobamaprésidentRomneyusa

Related Articles

La famille de l’opposante Diane Rwigara dénonce sa détention illégale malgré sa libération au Rwanda

Une opposante rwandaise a été arrêtée, interrogée puis relâchée, a annoncé la police, sa famille et son parti dénonçant eux

Présidentielle au Mali : Une avance confortable pour Ibrahim Boubakar Keita

Les maliens ont voté ce dimanche 11 août pour le second tour des élections. Les premières tendances donnent une avance

Le Congo condamné à rendre la dépouille de l'explorateur Savorgnan de Brazza

La justice française a ordonné la restitution par le Congo de la dépouille de l'explorateur français Pierre Savorgnan de Brazza

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*