Décès de l’artiste musicien congolais Pascal Tabu Ley, dit «Seigneur Tabuley Rochereau»

Décès de l’artiste musicien congolais Pascal Tabu Ley, dit «Seigneur Tabuley Rochereau»

[wp_ad_camp_3]

Le seigneur Rochereau Tabu ley

Le seigneur Rochereau Tabu ley

La République Démocratique du Congo (RDC) vient de perdre une grande célébrité, un grand nom de sa musique. Il s’agit du célèbre artiste musicien Pascal Tabu Ley, dit Seigneur Rochereau. L’homme est décédé ce samedi 30 novembre à Bruxelles au Belgique. Sa vie s’est arrêtée à l’âge de 73 ans.

Son fils Charles assure que le chanteur congolais était dans le coma depuis plusieurs jours. Selon lui Charles Tabu, Tabu Ley est mort de diabète après avoir été terrassé par un accident cardiovasculaire (AVC) il y a plus de deux ans. Pascal Tabu Ley, né à Bandundu-ville, commence par chanter à l’église puis dans plusieurs chorales scolaires.

Il rejoint ensuite le ministère de l’Education nationale comme fonctionnaire puis responsable administratif et financier à l’Athénée de Kalina, l’actuel Institut de la Gombe. Il a fait ses premières compositions dans les années 1950 ; ce qui a marqué le début de sa carrière musicale. Dès 1956, Pascal Tabu Ley, chante avec Grand Kalle, un chanteur et chef de groupe, considéré comme le père de la musique congolaise moderne.

Il rencontre un début de succès et prend le nom de scène de Seigneur Tabuley Rochereau. Il met sur pied son orchestre l’African fiesta National et introduit dans la rumba congolaise, la batterie. Il a été le premier chanteur africain à se produire à l’Olympia. Exilé aux États-Unis puis en Belgique, Tabu Ley est devenu opposant de la dictature de Mobutu Sese Seko.

C’est après la chute de son régime qu’il est revenu au Congo et se lance dans la vie politique tout en poursuivant ses activités artistiques. Il a été nommé député à l’Assemblée consultative et législative de transition et a exercé en 2005, les fonctions de vice-gouverneur de la ville de Kinshasa. Il a été décoré par le régime de Joseph Kabila en 2012, lors de ses 72 ans d’âge.

[wp_ad_camp_2]

Le Chancelier des ordres nationaux lui a décerné deux médailles d’or dont une de mérite civique et l’autre des arts, sciences et lettres, en signe de récompense pour ses nombreuses œuvres artistiques qui ont valorisé la culture congolaise à travers le monde.

Tabu Ley, c’est en tout plus de 3 000 chansons et vendu plusieurs milliers de disques en 46 ans de carrière. Sa mort représente une grande perte pour la musique congolaise. Mais ses fans pourront se consoler avec les chansons de son fils Youssoupha, grand rappeur franco-congolais.

Oeildafrique.com

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
décèsRDCTabu ley

Related Articles

RDC: l'ONU a établi une zone de sécurité autour de Goma

Les Nations unies ont annoncé jeudi avoir établi une zone de sécurité autour de la ville de Goma, dans l'est

Abidjan: 5e édition du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (FEMUA)

Situé dans la commune de Marcory, le village d’Anoumabo qui fait référence aux quatre (4) garçons de Magic System, était

Malabo affirme que le mandat d’arrêt contre Teodorin Obiang est annulé

Les autorités de Malabo ont affirmé lundi que le mandat d’arrêt lancé par la justice française contre Teodorin Obiang, fils

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Action
    Action 30 novembre, 2013, 18:27

    Paix à son âme

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*