Une délégation des assises nationales du Congo au Sommet USA-Afrique

Une délégation des assises nationales du Congo au Sommet USA-Afrique

[GARD align= »center »]

Sommet USA-Afrique

Une délégation des assises nationales du Congo au Sommet USA-Afrique | AFP

Le sommet USA-Afrique qui se tient du 4 au 6 août à Washington réunit une cinquantaine de présidents africains. L’un des thèmes phares de cette première rencontre est la bonne gouvernance en Afrique. Une occasion toute trouvée pour la délégation des Assises nationales du Congo amenée par Jean Luc Malekat, ancien ministre congolais des Finances, d’attirer l’attention de la communauté internationale sur la situation politique au Congo-Brazzaville.

Le sommet USA-Afrique est une première dans les relations americano-africaines. Cette rencontre qui réunit 47 présidents africains à Washington est un moyen pour le président américain de renforcer ses relations commerciales avec le continent africain qui affiche une croissance rapide depuis quelques années.

Elle peut aussi apporter une bonne visibilité aux voix discordantes de la politique africaine. C’est dans ce contexte que les Assises nationales du Congo, une plateforme d’opposition au régime de Sassou Nguesso, ont choisi de s’exprimer pour réveiller l’opinion internationale sur le sort des congolais. En effet, un groupe de représentants, dont l’ancien ministre des Finances Jean-Luc Malekat, a participé à une table ronde sur les Constitutions dans les deux Congo (RDC et République du Congo). Cette importante rencontre à été organisée ce lundi 4 août par la National Endowment Democraty (NED) en marge du Sommet Afrique-USA. Elle avait pour but de confronter les différentes « positions des gouvernements, des sociétés civiles et des oppositions » de la RDC et du Congo Brazzaville, selon le communiqué des Assises Nationales du Congo ce 5 août. Des représentants des cabinets de Barack Obama et de John Kerry y ont assisté validant ainsi la portée économique et politique des prochaines élections dans les deux Congo. De leur côté, les représentants du régime de Brazzaville, pourtant invités et inscrits, n’ont pas jugé utile de se présenter à la rencontre.

Jean-Luc Malekat n’a pas hésité à pointer du doigt les stratégies « éhontées » de Sassou N’guesso présent au sommet quatre jours avant son lancement officiel. Il a dénoncé la volonté désormais affichée du Président congolais de réviser la Constitution pour briguer un troisième mandat à la tête du Congo Brazzaville. En effet, lors d’une interview accordée à RFI et diffusée le 2 août, le président congolais n’exclut pas une révision de la Constitution du Congo « dans l’intérêt du pays pour faire progresser les institutions et la démocratie » a t-il déclaré.

Dans leur communiqué de presse, les membres coordinateurs des assises nationales du Congo affirment qu’un changement de la constitution n’est pour le président Sassou « qu’une dérobade pour se maintenir au pouvoir » et ainsi « échapper à ses responsabilités concernant les crimes humains et économiques liés à son régime ».

« Trente années de règne absolu de M. Sassou n’ont engendré que plus de misère et de désespoir pour les populations congolaises qui n’ont ni eau potable, ni électricité, ni soins de santé primaire, ni structures scolaires dignes » peut-on lire dans le communiqué. Pour rappel, la République du Congo est le quatrième producteur de pétrole en Afrique. La richesse de son sous sol (or, diamant, fer…) n’est plus à démontrer.

[GARD align= »center »]

Profitant de cette visibilité sans précédent, Jean Luc Malekat a lancé un appel solennel à la communauté internationale pour un soutien des Assises Nationales qui prônent une alternative démocratique au Congo Brazzaville.

Marie Hélène SYLVA
Paris – Oeildafrique.com

[wp_ad_camp_4]

Marie Hélène Sylva

Marie Hélène Sylva

Journaliste à oeil d'Afrique, basée à Paris (France)


Tags assigned to this article:
afriquesommetusa

Related Articles

La République du Congo va ouvrir une ambassade en Côte d’Ivoire

La République du Congo va ouvrir prochainement une ambassade à Abidjan, en vue de renforcer les relations avec la Côte

Angola: environ 3.000 étrangers en détention pour immigration clandestine

[GARD align= »center »] Les autorités angolaises ont raflé plus de trois mille personnes d’origine d’origine asiatique, européenne, africaine et latino-américaine. Ces

RDC: Les mineurs de Kamatanda plaident pour l’abandon du projet de leur expulsion par la Gécamines

[GARD align= »center »] Martin Kobler, le chef de la Mission des Nations unies en République démocratique du Congo (Monusco), a été

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*