Denis Sassou N’Guesso appelle la CEMAC à élaborer un plan pour la paix en Centrafrique

Denis Sassou N’Guesso appelle la CEMAC à élaborer un plan pour la paix en Centrafrique

 [wp_ad_camp_3]

Denis Sassou N’Guesso

Le président de la République du Congo Denis Sassou N’Guesso

La crise en Centrafrique devient de plus en plus préoccupante. Pour ce faire des voix se lèvent pour proposer une sortie de crise et un retour à la paix pour le bien de la Centrafrique et la stabilité de toute l’Afrique Centrale. Parmi ces voix, celle du président congolais Denis Sassou N’Guesso. En effet, samedi le chef de l’Etat congolais Denis Sassou N’Guesso a appelé ses pairs de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) à s‘activer autour de l’élaboration d’un plan destiné à ramener la paix en Centrafrique.

C’est le président de la Commission de la CEMAC, Pierre Moussa qui a fait cette annonce. Pierre Moussa, le président de la Commission de la CEMAC, a été reçu en audience par Denis Sassou N’Guesso vendredi. Dans la foulée, il a rencontré la presse et a indiqué que ce dernier lui a demandé de rencontrer dans les prochains jours les chefs d’Etat de la CEMAC en vue de demander à chacun d’entre eux de travailler sur un plan d’aide apte à ramener la paix en Centrafrique. La paix en Centrafrique tient vraiment à cœur au Président Congolais qui indique qu’un travail est en train d’être fait sur le plan sécuritaire, humain, économique et financier en ce qui concerne l’organisation sous régionale et ses institutions installées à Bangui dans la capitale centrafricaine.

« Nous avons fait le tour à la fois au plan sécuritaire, humain, économique et financier et notamment au plan de l’impact que cette situation a sur le fonctionnement des structures communautaires comme la Commission l’école inter- Etat des douanes, l’antenne de la Banque centrale, la direction nationale de la banque centrale, la Carte Rose etc., qui sont des organes communautaire qui ont leur siège à Bangui. Le fonctionnement des structures communautaires installées à Bangui est devenu extrêmement problématique », a déclaré Sassou N’Guesso. Denis Sassou N’Guesso assure que le retour de la paix et de la stabilité à Bangui doit provenir d’un engagement de tous les chefs d’Etat au niveau de la CEMAC.

 [wp_ad_camp_2] 

Pour sa part, le président de la Commission de la CEMAC, Pierre Moussa indique que les chefs d’Etat de la région doivent absolument avoir dans leur agenda une contribution sur tous les plans, militaire, sécuritaire et financier pour aider à la sécurisation de Bangui. « Il ne peut y avoir d’économie de développement sans sécurité, sans paix », a indiqué Pierre Moussa.

Oeildafrique.com

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
Centrafrique

Related Articles

Centrafrique: Faustin Touadera auprès de Denis Sassou Nguesso pour des conseils

[GARD align= »center »] Faustin Archange Touadera, le nouveau président de la République centrafricaine s’est rendu lundi à Brazzaville pour échanger avec

RDC: suspension des négociations entre Kinshasa et le M23

update adobe Les discussions de paix entre le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et les rebelles du

RDC: deux jeunes tués par balle dans une manifestation anti-Monusco dans l’Est

[GARD align= »center »] Deux jeunes ont été tués et un grièvement blessé par balle mardi soir dans l’est de la République

1 commentaire

Espace commentaire
  1. G. Maskady
    G. Maskady 29 décembre, 2013, 19:18

    Drôle de bonhomme que ce Sassou. Il allume le feu, il brûle et il lance un APPEL pour rechercher des pompiers pour éteindre son incendie ! Il ferait mieux de se taire et s’occuper de sa plus GRANDE MOSQUEE d’Afrique centrale en projet avec le Qatar. Mais qu’il n’oublie pas que ce sont les islamistes qu’il a aidés à arriver au pouvoir qui massacrent les chrétiens dans ce pays. En Arabie Saoudite, tout chrétien qui foule la terre de la Mecque et mis à mort immédiatement. La sentence est sans appel. De même qu’aucun chrétien ne peut être enterré en Arabie Saoudite, terre d’Islam ! Qu’il s’en souvienne. Peut-etre voudrait-il faire des islamistes ses futurs mercenaires dans sa prochaine guerre d’extermination et de « solution finale » contre les sudistes du Congo. Avec cet homme rien n’est exclu. Le RPR/UMP est là pour l’y aider comme en 1997…

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*