Des formations en langue chinoise à l’université Marien-Ngouabi

Des formations en langue chinoise à l’université Marien-Ngouabi
Université
 Marien Ngouabi à Brazzaville

L’ambassadeur chinois, dont le mandat au Congo arrive à son terme, a annoncé hier à Brazzaville, le projet de formation en langue chinoise des étudiants de l’université Marien-Ngouabi désireux de poursuivre leur formation dans ce pays ami.

Li Shuli a fait cette annonce au sortir de la visite d’adieu qu’il a rendue au ministre de l’Enseignement supérieur, Ange Antoine Abena. Les deux hommes ont passé en revue la coopération bilatérale entre la Chine et le Congo dans le domaine de l’enseignement supérieur. À cet effet, le diplomate chinois a évoqué de nouveaux projets. « J’ai évoqué avec le ministre le projet d’enseignement de la langue chinoise sur place ici à l’université Marien-Ngouabi et j’espère que ce projet se réalisera cette année pour que les jeunes Congolais, désireux de poursuivre leurs études en Chine, apprennent déjà la langue sur place ici », a-t-il indiqué.

Il a ajouté que dès le mois de juillet, les nouveaux jeunes Congolais bénéficiaires des bourses de l’État chinois seront connus. Dans le domaine de l’Enseignement supérieur, la Chine et le
Congo entendent également mettre en œuvre, dès cette année, la reconstruction de la direction rectorale ainsi que celle de la scolarité centrale de l’université Marien-Ngouabi. « Ces deux projets vont sûrement bouleverser l’environnement de la cité universitaire », espère le ministre congolais de tutelle, déplorant l’état actuel des deux structures.

La Chine, qui appuie l’enseignement supérieur congolais, avec, notamment, plusieurs bourses d’étude accordées aux étudiants chaque année, vient d’achever la construction d’une bibliothèque ultramoderne pour la seule université publique de la capitale congolaise. Elle accompagne les autorités congolaises dans l’équipement de cette structure. Enfin, le départ de l’actuel ambassadeur dont le mandat arrive à terme après plus de quatre ans de coopération fructueuse n’est pas sans laisser quelques regrets aux autorités congolaises de l’enseignement supérieur : « J’éprouve à la fois un sentiment de satisfaction pour les avancées enregistrées mais également de regret car il n’est pas toujours donné de trouver des personnalités sensibles aux questions de l’enseignement supérieur comme l’ambassadeur Li Shuli tout au long de son mandat », a réagi le ministre Ange Antoine Abena.

 
Thierry Noungou



Related Articles

Fitch et Moody’s dégradent la note du Congo-Brazzaville

[GARD align= »center »] Dans leurs rapports, les deux agences de notation mettent en exergue la détérioration des comptes publics, conséquence du

Un sommet des Chefs traditionnels africains à Malabo du 18 au 20 juillet

Un sommet des Chefs traditionnels africains se tiendra du 18 au 20 juillet prochain à Malabo, en Guinée Equatoriale pour

Congo-Brazzaville: le FMI à la rescousse de l’économie

[GARD align= »center »] Une mission du Fonds monétaire international s’est rendue au Congo pour rencontrer le gouvernement. Elle a mené une

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*