Des innovations pour arrêter la transmission du VIH de la mère à l’enfant

Des innovations pour arrêter la transmission du VIH de la mère à l’enfant

Femmes congolaise au Nord Katanga (HIV)

De nouvelles approches de lutte contre la maladie ont été préconisées lors d’une réunion de haut niveau tenue récemment à Washington, aux États-Unis d’Amérique.

Les experts du VIH, les chefs d’entreprises, les organismes d’aide au développement et les ambassadeurs des 22 pays de priorité car abritant 90% de nouvelles infections à la pandémie
chez les enfants, sont convenus, le 20 avril, que le moyen le plus sûr pour enrayer la propagation du virus mortel de lamère à l’enfant étaitles innovations stratégiques. La réunion, a indiqué un communiqué de l’Unicef, a présenté plusieurs approches novatrices, y compris le projet « Mwana », en Zambie. Ce projet est une collaboration entre le ministère de la Santé, l’Unicef et d’autres partenaires, utilisant les technologies mobiles en vue de réduire de moitié le temps nécessaire pour recevoir les résultats du test VIH.
L’Unicef a noté que dans les 22 pays prioritaires, le nombre de mères et de bébés quireçoivent un traitement antirétroviral est en croissance constante. Toutefois, s’est plaint ’organisme onusien, des obstacles tels que la stigmatisation et la distance géographique continuent d’empêcher beaucoup de personnes à accéder aux tests et au traitement nécessaire. S’agissant de la RDC, le communiqué a indiqué que seulement 8% des enfants de moins de 15 ans affectés par le VIH avaient accès au traitement antirétroviral en 2010. Moins d’un tiers de femmes enceintes ont accès au dépistage du VIH et seulement 1% d’entre elles vivant avec le VIH ont reçu des antirétroviraux pour la prévention de la transmission mère-enfant en 2010.

L’Unicef souligne que le manque de fonds pour des services de VIH à grande échelle etles grandes distances géographiques du pays, qui abrite près de 80 millions d’habitants répartis sur plus de 2,3 millions de kilomètres carrés, sontles principaux obstacles à surmonter. « Avec l’ajournement des fonds pour la RDC attendus du Fonds mondial, cette situation
dramatique risque de se détériorer davantage – mettant en danger en premier lieu les plus vulnérables, les femmes enceintes et leurs enfants à naître », prévient l’agence des Nations unies.
S’exprimant lors de la réunion, le directeur de l’Unicef, Anthony Lake, a déclaré que plus d’effort encore doit être fait. « Les coûts de la prévention sont relativement faibles et les coûts de l’inaction sont infiniment élevés », a-t-il dit. Pour parvenir à une génération sans sida, a-t-il poursuivi, il est question d’atteindre chaque enfant et chaque mère. Le taux de la transmission mère-enfant du VIH qui se produit quand une femme passe le virus à son bébé pendant la grossesse, pendant l’accouchement ou l’allaitement , indique l’Unicef, est progressivement réduit en raison des approches novatrices dans un pays après l’autre.

Lucien Dianzenza


Tags assigned to this article:
congohivkinshasa

Related Articles

RDC: La majorité de l’or produit est exportée frauduleusement, selon l’ONU

 [wp_ad_camp_3] Selon un rapport des experts de l’Organisation des Nations Unies (ONU), 98% de l’or produit en République Démocratique du

La RDC à l’heure de la fibre optique

Des avancées majeures sont annoncées ainsi que possibilité de terminer le travail en septembre, à un mois du sommet de la Francophonie qui devrait, sauf changement

RDC : le dialogue a démarré, l’Union Africaine lance un appel aux opposants absents

[GARD align= »center »] Le dialogue politique inter-congolais a démarré officiellement jeudi à Kinshasa. Annoncé depuis l’année dernière par Joseph Kabila, le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*