Deux commissariats attaqués par des « djihadistes » au Burkina

[GARD align= »center »]

Des policiers contrôlent des véhicules à l’entrée du festival (FESPACO) à Ouagadougou le 27 février 2017 – afp.com – ISSOUF SANOGO

Des « jihadistes » ont attaqué deux commissariats dans la province du Soum (Nord du Burkina), près de la frontière malienne, dans la nuit de lundi à mardi, deux mois après l’attaque qui a coûté la vie à 12 soldats dans le même secteur, a appris l’AFP de sources concordantes.

« Deux de nos commissariats ont été attaqués cette nuit à Barabulé et Tongomaël (province du Soum) », a affirmé à l’AFP le ministre de la Sécurité Simon Compaoré, sans donner de bilan.

Deux sources sécuritaires ont parlé de « jihadistes ».

Joint par l’AFP, Mohamed Dah, Haut Commissaire de la province du Soum, dont Djibo est le chef-lieu, a affirmé que « les attaques ont eu lieu quasi simultanément, mais les tirs à Barabulé ont été plus intenses qu’à Tongomaël. Les tirs ont cessé, mais les assaillants ne sont toujours pas partis. Un renfort militaire a été envoyé sur les lieux ».

« On se demande si c’est une diversion, afin de mobiliser des forces de sécurité pour attaquer des cibles plus importantes », a-t-il avoué, sans pouvoir non plus donner de bilan.

Cette attaque est survenue pendant le 25e Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), qui attire des dizaines de milliers de cinéphiles, dont de nombreux étrangers, dans la capitale burkinabè, située à 210 km au sud de Djibo.

Le gouvernement avait assuré avoir pris des mesures spéciales pour protéger ce célèbre festival, qui est l’occasion pour le pays de rayonner positivement à travers le continent et le monde.

Sous couvert de l’anonymat, une autre source sécuritaire a expliqué que l’attaque à Barabulé était l’oeuvre d’une « dizaine de jihadistes arrivés sur six motos ».

Le 16 décembre, une attaque de jihadistes sur un détachement de l’armée à Nassoumbou, également dans la province du Soum, près de la frontière malienne, avait fait douze morts, traumatisant le pays. Ce raid jihadiste est le plus meurtrier jamais perpétré contre l’armée dans ce pays.

Il s’agissait alors de la seconde attaque visant l’armée depuis le début des attaques jihadistes au premier trimestre 2015 au Burkina Faso, petit Etat sahélien d’Afrique, pauvre et enclavé.

En octobre 2016, la première attaque avait fait six morts -quatre militaires et deux civils-, les deux civils ayant été probablement tués par des « tirs amis ».

Frontalier du Mali et du Niger, le nord du Burkina est le théâtre d’attaques jihadistes régulières depuis 2015.

Les attaques jihadistes au Burkina Faso sont surtout concentrées dans le nord du pays. Mais le 15 janvier 2016, un commando de trois assaillants a tué 30 personnes et fait 71 blessés en plein coeur de la capitale Ouagadougou. Une attaque revendiquée par le groupe Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI).

Longtemps épargné par ces attaques qui touchent la plupart des pays sahéliens, le Burkina est ainsi entré depuis avril 2015 dans un cycle d’enlèvements et d’attaques islamistes.

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
arméeAttaquesBurkinacinémajihadistesmali

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Sénégal : Un garde du corps de Macky empêche Youssou Ndour de rejoindre le président

[GARD align= »center »] Une altercation a été provoquée par Massamba Sarr, l’adjoint au protocole du Chef de l’Etat sénégalais qui a

Mali: au moins 9 soldats nigériens tués dans l’attaque la plus meurtrière contre l’ONU

 [GARD align= »center »] La Mission de l’ONU au Mali (Minusma) a annoncé vendredi avoir perdu au moins neuf Casques bleus dans

Burkina Faso : Djibril Bassolé, le judas de Blaise Compaoré ?

La démission de l’ex-président Burkinabè, Blaise Compaoré, le 31 octobre 2014 n’a pas fini de livrer ses secrets. Des sources bien introduites, ce départ n’est que la conséquence d’un complot dont aurait été victime l’ancien homme fort du palais de Kosyam.

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*