Didier Reynders de retour en RDC

Didier Reynders de retour en RDC
Didier Reynders de retour en RDC

Didier Reynders, ministre belge des Affaires étrangères

Le ministre belge des Affaires étrangères sera en RDC et au Rwanda du 19 au 26 août toujours dans le cadre de la recherche de la résolution de la crise dans la sous-région des Grands Lacs.

Selon l’agence Belga, le chef de la diplomatie belge appuiera l’idée d’une force internationale et encouragera les pays de la région à y jouer un rôle, misant notamment sur l’Union africaine (UA). En marge de la célébration de la fête nationale du Burundi à laquelle il avait pris part, Didier Reynders avait appelé au dialogue accru entre Kinshasa et Kigali pour résoudre les problèmes de violences récurrents dans l’est de la RDC.

« Si le Rwanda dit ne pas être une partie du problème, il lui appartient maintenant d’être une partie de la solution, de faire en sorte que l’on mettre fin sur le terrain à la rébellion et puis travailler à l’avenir », avait-il déclaré en assurant que la Belgique était prête à aider à organiser ce dialogue. Didier Reynders s’était dit favorable à une meilleure gestion de la frontière commune entre les deux pays avec l’aide de la Monusco.

User du chapitre 7

La visite annoncée du ministre belge des Affaires étrangères intervient au moment où deux anciens ministres belges, Louis Michel et Guy Verhofstadt, ont demandé la constitution immédiate d’une force internationale sous l’égide des Nations unies avec un mandat renforcé fondé sur le chapitre VII de la Charte des Nations unies. Ce chapitre traite des conditions de l’action du Conseil de sécurité « en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d’actes d’agression ». Il définit les conditions du recours à la force par les Nations unies et confie au seul Conseil de sécurité l’autorité de sa mise en application.

Le Chapitre VII contient treize articles. Les Articles 39 à 42 donnent au Conseil de sécurité les pouvoirs nécessaires pour traiter des menaces contre la paix. Les cinq articles suivants lui permettent d’user de mesures militaires. Les Articles 48 à 50 établissent les obligations des États membres et les mesures de compensation envers les États touchés par les mesures du Conseil de sécurité. Le dernier article 51 donne le droit aux États membres d’invoquer un droit de légitime défense, individuelle ou collective.

Pour rappel, la dernière visite officielle de Didier Reynders en RDC date du mois de mars.

Patrick Kianimi

 

 


Tags assigned to this article:
crisegrands lacsguerreM23RDCrwanda

Related Articles

Téléphonie RDC: le code 243 fait l’objet d’une mafia

[Par BIENVENU MARIE BAKUMANYA] L’identifiant de la RDC, le code 243 fait l’objet d’une maffia occasionnant une fuite d’importantes recettes

RDC: reprise du service de SMS interrompu après les manifestations violentes

Le service de SMS reprenait progressivement samedi matin en République démocratique du Congo (RDC), 19 jours après son interruption ordonnée

RDC: Radio Okapi, parrainée par l’ONU, brouillée à Kinshasa

La diffusion de Radio Okapi, parrainée par les Nations unies en République démocratique du Congo (RDC), est brouillée à Kinshasa

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*