Disparus du Beach de Brazzaville: le général Norbert Dabira reste inculpé

by AFP | 9 octobre 2014 21 09 43 104310

[GARD align= »center »]

Le général congolais Norbert Dabira[1]

Le général congolais Norbert Dabira, poursuivi en France dans l’affaire des disparus du Beach de Brazzaville, reste inculpé pour crimes contre l’humanité |YouTube

Le général congolais Norbert Dabira, poursuivi en France dans l’affaire des disparus du Beach de Brazzaville, reste inculpé pour crimes contre l’humanité, la cour d’appel de Paris l’ayant débouté jeudi de sa demande d’annulation des poursuites, a annoncé la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH).

Des juges d’instruction français tentent d’éclaircir les circonstances de la disparition en 1999 de 353 Congolais au Beach, le principal port de Brazzaville sur le fleuve Congo, alors qu’ils revenaient du Congo-Kinshasa voisin où ils s’étaient réfugiés en raison des combats entre factions dans Brazzaville.

Le général Dabira, ancien inspecteur général des Forces armées congolaises (FAC) et de la gendarmerie, est le seul mis en examen (inculpé) de ce dossier.

Il avait demandé l’annulation de ces poursuites, notamment au motif que l’affaire avait été jugée par la justice congolaise, qu’il avait été acquitté en août 2005 et ne pouvait être poursuivi une seconde fois pour les mêmes faits.

J’inscrirai sans doute un pourvoi en cassation contre cet arrêt de la cour d’appel, dont j’attends les motivations, a déclaré à l’AFP son avocate, Me Caty Richard.

En 2005, la cour criminelle de Brazzaville avait organisé un procès (radiotélévisé) au terme duquel tous les accusés – notamment quinze officiers de l’armée et de la police et de hauts fonctionnaires de l’Etat – avaient été acquittés. L’Etat avait cependant indemnisé 85 ayants droit des victimes.

Les manoeuvres dilatoires de la défense dans cette affaire ont une fois de plus été écartées, se sont félicités dans un communiqué la Fédération internationale des Droits de l’Homme (FIDH), l’Observatoire congolais des Droits de l’Homme (OCDH) et la Ligue française des Droits de l’Homme (LDH).

La procédure doit se poursuivre en France et mener à un procès, c’est le seul espoir de justice pour les victimes et les proches des disparus, qui ne sont jamais parvenus à obtenir justice dans leur pays, poursuivent les organisations.

Les tentatives de dynamitage de la procédure par Dabira et ses alliés de Brazzaville depuis des années, échouent les unes derrière les autres, s’est félicité Me William Bourdon, l’avocat du colonel Marcel Touanga, père d’une des victimes, qui est à l’origine de la procédure en France.

La justice française avait pu être saisie au nom du principe de compétence universelle, lui permettant d’enquêter sur des faits survenus à l’étranger lorsque l’un des mis en cause se trouve en France au moment de l’ouverture de l’enquête. Or le général Dabira disposait d’une maison de campagne non loin de Paris.

AFP

Endnotes:
  1. [Image]: http://oeildafrique.com/wp-content/uploads/2014/10/Le-général-congolais-Norbert-Dabira©-Capture-YouTube.jpeg

Source URL: http://archives.oeildafrique.com/disparus-du-beach-brazzaville-general-norbert-dabira-reste-inculpe/