La double nationalité en RD Congo, une donnée à géométrie variable ?

[GARD align= »center »]

Les Léopards de la RDC lors du match Congo Brazzaville au stade des Martyrs de Kinshasa 10 juin 2017 ©DR

Lorsque le jeune attaquant congolo-français a marqué le premier but des Léopards contre les Eléphants de la Côte d’Ivoire lors de la quatrième journée des éliminatoires de la CAN 2015, le peuple congolais – de l’intérieur comme de l’extérieur – s’est à l’unanimité senti fier du compatriote que la France a si chèrement élevé et formé. Force est de constater que, à cet instant précis, le patriotisme a naturellement pris le dessus sur la stérile et politicienne polémique relative à la double nationalité. Ainsi est-on en droit de se demander en toute objectivité si, en République Démocratique du Congo, la binationalité est une donnée à géométrie variable.

Les efforts de la Fecofa

Outre le sélectionneur congolais-français Florent Ibenge Ikwange et son adjoint Mwinyi Zahera juridiquement logé à la même enseigne, beaucoup de jeunes binationaux et de jeunes footballeurs de souche congolaise nés ou grandis en Europe n’ont pas hésité une fraction de seconde à endosser les maillots des Léopards, c’est-à-dire de l’équipe nationale de la République Démocratique du Congo qui plus est le pays de leurs parents. Les démarches de la Fédération congolaise de football (Fecofa) afin de les convaincre à rejoindre les Léopards – lesquelles avaient déjà porté leurs fruits avec des binationaux comme Mulumbu (l’actuel capitaine de l’équipe nationale), Makiadi, Dikaba, Sami Joël, Mongungu, Mabiala – ne peuvent qu’être saluées. De plus, en conformité avec l’article 10-3 de la Constitution du 18 février 2006, l’initiative de la Fecofa a dans le fait confirmé qu’est Congolais d’origine tout individu appartenant aux groupes ethniques dont les personnes et le territoire constituaient ce qui est devenu le Congo – présentement la République Démocratique du Congo –  à l’indépendance. La non-application, voire la mauvaise interprétation, de ce dispositif constitutionnel a sans conteste privé les Léopards de talents comme Claude Makelele, Péguy Luyindula, Steve Mandanda, Yan Mvila, Dimitri Mbuyu, les frères Mpenza, Romuald Lukaku, Vincent Kompany, Christian Benteke, Anthony Van Den Borre, José Bosingwa, Blaise Nkufo… D’aucuns savent que ces derniers ont fait et continuent de faire sportivement le bonheur des pays européens comme la France, la Belgique, le Portugal et la Suisse.

La fierté et le patriotisme

Il est indéniable que les démarches de la Fecofa ont renforcé la conscience des binationaux. Effectivement, à l’instar de Fabrice Nsakala (Anderlecht), Arthur Masuaku (Olympiakos), Tshimanga (Anderlecht), Gaël Kakuta, Presnel Kimpembe (Paris Saint-Germain), Junior Malanda (Wolfsburg en Allemagne), Chris Mavinga (Reims en France)…, les jeunes footballeurs de souche congolaise sont de plus en plus nombreux à vouloir emboiter le pas à ceux qui ont déjà opté pour l’équipe nationale de la République Démocratique du Congo. Selon toute vraisemblance, ils veulent porter fièrement et patriotiquement les maillots des Léopards.

Les faits par rapport à la Loi

En droit, il existe un principe selon lequel les faits précèdent la loi. En effet, après la nomenklatura politique qui compte déjà une pléthore d’acteurs possédant la double nationalité (même si elle refuse de le reconnaître publiquement), la Fecofa vient tout simplement de confirmer ce principe.

Par conséquent, au lieu de se mettre systématiquement en porte-à-faux avec le dispositif du droit international attribuant à chaque Etat la souveraineté en matière de nationalité, les autorités congolaises feraient mieux de se conformer à la réalité. Elles doivent de facto cesser de chercher politiquement noise aux Congolais d’origine portant une citoyenneté étrangère. Cela ne fera que renforcer la République Démocratique du Congo sur les plans économique, social, culturel, sportif et démocratique. Il est temps d’améliorer en matière de nationalité, ou de citoyenneté, et d’égalité de tous les Congolais au regard de la Loi, tout dispositif discriminatoire rendant pratiquement conflictuelle la Constitution du 18 février 2006. En agissant de la sorte, celle-ci deviendra juste et parfaite.

Gaspard-Hubert Lonsi Koko

Gaspard-Hubert Lonsi Koko

Gaspard-Hubert Lonsi Koko

Analyste politique, auteur de nombreux ouvrages sur le socialisme et les relations Nord-Sud.


Tags assigned to this article:
nationalitéNaturalisationRD Congo

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

RDC : Samy Badibanga subit le sort de Kibemba la chauve souris

[GARD align= »center »] C’est le destin d’un homme sans réel soutien politique. L’éphémère Premier Ministre Congolais, Samy Badibanga aura finalement tenu

RDC: Kabiliste ou Tshisekediste: faut-il choisir?

 [GARD align= »center »] Les politiciens congolais sont souvent définis non pas par leur appartenance idéologique mais plutôt par leur affiliation à

Combien l’Afrique est immunodéficiente!

 [GARD align= »center »] Après un semblant d’accalmie, revoilà la machine médiatique qui, affolée, relance la course à l’information sur le virus

2c ommentaires

Espace commentaire
  1. Gabriel Katuvadioko
    Gabriel Katuvadioko 4 décembre, 2014, 12:08

    Vous avez dit  » double nationalité  » : c’est tout simplement une forfaiture ! La Constitution congolaise ne permet pas de double nationalité, car la nationalité congolaise est une exclusive. Par conséquent s’il y a des joueurs d’origine congolaise, qui ont acquis une autre nationalité, alors il faut reconnaître que la FECOFA triche… avec la complicité de l’Etat congolais, qui leur accorde le passeport !

    Répondre à ce commentaire
    • Kongo
      Kongo 8 février, 2015, 12:18

      Katumbi détient la nationalité belge. Kabila a la nationalité tanzanienne, She Okitundu la nationalité suisse. Et ils sont nombreux au Parlement et dans les institutions de la République Démocratique du Congo a détenir des nationalités étrangères. En droit, les faits précèdent la loi. Dès lors qu’on est Congolais d’origine, conformément à l’article 10-3 de la Constitution du 18 février 2006, on le reste à vie. C’est le constat qui est fait. La nationalité congolaise d’origine prime, en réalité, sur les citoyennetés étrangères. Et c’est bien comme ça.

      Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*