Economie: Il y a quelque chose de bizarre

Economie: Il y a quelque chose de bizarre


J’ai suivi un débat télévisé sur l’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain) et sur les échanges commerciaux entre la Chine et les USA. Les « experts » et économistes qui sont intervenus, vantaient sans cesse la croissance des échanges internationaux. Or si vous vous penchez de très près sur ces échanges internationaux, vous réalisez très vite qu’il s’agit dans plupart des cas d’une énorme farce.
Par exemple, la plupart des produits provenant de la Chine et exportés aux États-Unis sont fabriqués dans les usines des compagnies américaines installées en Chine. Les pièces d’automobiles de marques américaines provenant du Mexique sont fabriquées dans les usines des compagnies américaines installées dans ce pays. Peut-on dans les deux cas parler « d’échanges internationaux » ou de réelle exportation? En réalité, il s’agit d’échanges internes aux entreprises. On sait par exemple qu’environ 50% des « échanges » américains sont actuellement internes aux entreprises.
En fait, il y a une délocalisation sauvage des activités de production des grandes entreprises occidentales vers certains pays pauvres pour se taper une main-d’œuvre ultra bon marché, puis les produits reviennent par l’autre porte et on appelle ça « échanges internationaux » simplement parce que les produits ont traversé une frontière internationale. Il y a quelque chose de bizarre dans cette histoire. N’est-ce pas? Bon, on ne vous dira pas tout ça dans les universités et les médias.
Il faut démasquer les imposteurs… Je bois mon lait… kie kie kie

Patrick Mbeko



Related Articles

DOCUMENTAIRE : Peut on RIRE de la souffrance NEGRE ?

A l’occasion de la sortie en salle du film « CASE DEPART« , film comique sur fond de Traite Négrière, nous avons relancé

Le Bassin du Congo à l’honneur

Que ceux, nombreux et mal informés, qui doutent de la capacité des pays composant le Bassin du Congo à résoudre

Au Congo l'idéal n'existe pas, c'est le leader l'idéal

Un peuple qui défend un idéal n’a pas besoin d’un leader quelconque pour défendre cet idéal de toutes ses forces.

1 commentaire

Espace commentaire
  1. etudiantcongolais
    etudiantcongolais 18 janvier, 2012, 18:50

    les medias est une armes terrible. Il suffit que le peuple y croit et tout est dans la poche . Une peinture de la réalité ne l’est pas . Dans la jungle ,le plus fort est roi .

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*