Egypte: gouvernement remanié pour faire face à la crise économique

Egypte: gouvernement remanié pour faire face à la crise économique

Le président égyptien Mohamed Morsi a procédé dimanche à un remaniement gouvernemental destiné à répondre à une grave crise économique. Cette mesure est intervenue à la veille de la reprise des négociations pour une aide du Fonds monétaire international (FMI) jugée cruciale, mais à hauts risques sociaux.

Dix nouveaux ministres, soit près du tiers du gouvernement qui reste dirigé par le Premier ministre Hicham Qandil, ont prêté serment en milieu de journée devant le chef de l’Etat.

Le ministre des Finances Momtaz al-Saïd, homme-clé des discussions avec le FMI pour un prêt de 4,8 milliards de dollars, est remplacé par El-Morsi El-Sayed Hegazy, un universitaire spécialiste de finance, réputé proche des Frères musulmans, dont est issu le président.

M. Saïd avait été critiqué ces derniers jours par des responsables des Frères musulmans, qui le jugeaient trop proche des ex-dirigeants militaires ayant tenu le pouvoir pendant près d’un an et demi après la chute d’Hosni Moubarak en février 2011.
Un général à l’Intérieur

Le portefeuille de l’Intérieur revient au général de police Mohamed Ibrahim, qui était jusqu’ici l’un des adjoints du ministre sortant, Ahmed Gamaleddine, chargé de l’administration pénitentiaire.

Selon certains journaux, M. Gamaleddine paierait un manque de fermeté face aux troubles qui ont accompagné en décembre le référendum sur une nouvelle Constitution, au cours desquels des locaux des Frères musulmans ont été attaqués.

Huit ministères techniques, presque tous à dominante économique, changent aussi de mains: les Transports, l’Electricité, le Développement régional, l’Aviation civile, l’Environnement, les Approvisionnements, les Communications et les Affaires parlementaires.
Pourparlers avec le FMI

M. Morsi avait annoncé ce remaniement le 26 décembre, dans la foulée de l’adoption de la Constitution, expliquant qu’il souhaitait un gouvernement mieux à même d’affronter la crise économique que traverse le pays.

Le nouveau ministre des Finances devra s’atteler sans délai à la reprise des discussions avec le FMI qui avaient fait l’objet d’un pré-accord en novembre, mais avaient été suspendues courant décembre en raison des tensions politiques en Egypte.

 

(ats)

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
egyptegouvernement

Related Articles

Zimbabwe: la Cour constitutionnelle exige la présidentielle au plus tard au 31 juillet

La Cour constitutionnelle du Zimbabwe a demandé vendredi au président Robert Mugabe de proclamer au plus vite la date des

Togo : Le rendez-vous électoral législatif tant à attendu

[dropcap font= »georgia »]L[/dropcap]es Trois millions de Togolais enregistré sur la liste électorale ont débuté ce jeudi les opérations électorales en vue

Gambie: l’Union africaine demande au président Jammeh de renoncer aux exécutions

Le chef de l’Etat béninois Thomas Yayi Boni, président en exercice de l’Union africaine (UA), a demandé à son homologue

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*