Egypte: Le bain de sang proche ?

Egypte: Le bain de sang proche ?

Depuis plus d’une semaine que le gouvernement égyptien exige qu’ils vident les deux lieux qu’ils occupent et d’où ils réclament le retour à l’ordre constitutionnel, les partisans des Frères musulmans font la sourde oreille. Ce matin au Caire, la tension est montée d’un cran entre les deux camps qui ont renforcé leurs dispositifs pour une confrontation qui paraît inévitable. A moins d’un miracle de dernière minute, un nouveau bain de sang est à craindre.

A Rabaa Al-Adawiya et Nahda, où se tiennent depuis plusieurs semaines les sit-in des partisans des frères musulmans, tout est fait pour ne pas faciliter les choses à l’armée qui s’est déployée avec ses blindés en vue de donner l’assaut contre les manifestants qui réclament le retour à l’ordre constitutionnel. Tout autour de ces deux lieux, où campent les manifestants avec femmes et enfants, des barricades ont été élevées. Et des prédicateurs poursuivent leur ronde pour exhorter à la résistance jusqu’au retour à l’ordre constitutionnel.

Du côté des autorités, la détermination est tout aussi farouche. Le président Haddy a fait comprendre aux occidentaux, qui avaient tenté la médiation pour éviter le bain de sang, que le gouvernement égyptien n’entendait aucunement céder à la pression des frères musulmans qui réclament la libération de Morsi et le retour à l’ordre constitutionnel. ‘’S’ils ne quittent pas les deux places qu’ils occupent, ils y seront délogés par la force’’, a-t-il assené. Des propos corroborés par Nabil Fahmi, ministre égyptien des affaires étrangères qui a soutenu ce matin : ‘’nous n’acceptons par la poursuite des sit-in qui menacent la sécurité du pays’’. Dans ce contexte, il s’avère de plus en plus difficile d’éviter la confrontation dans un pays où des heurts entre pro-Morsi et forces de sécurité sont quasi quotidiens et ont fait plus de 300 morts selon des sources indépendantes. Dernière situation en date, la décision de la justice, ce lundi, de maintenir en détention Mohamed Morsi et un millier des cadres du parti de la Paix et de la Justice, vitrine légal des Frères musulmans, a davantage avivé les tensions et cabré les partisans du premier président égyptien élu démocratiquement.Dès lors, une nouvelle effusion de sang est redoutée, notamment par la communauté internationale qui appelle les autorités égyptiennes à la retenue et exige un dialogue immédiat entre les deux camps.

Mais, pressé par les laïcs de la place Tahrir, Abdel Fatah Al Sisi, le nouvel homme fort du pays, n’a d’autre choix que de pratiquer la manière forte. Bien que certains responsables du nouveau régime, notamment El Baradei, souhaiteraient que les choses se passent en douceur, on voit mal comment les deux camps, déterminés à ne pas se faire des concessions, pourraient être conciliés.

Mohamed Mboyo Ey'ekula

Mohamed Mboyo Ey'ekula

Journaliste - Politologue.


Tags assigned to this article:
arméeFrères MusulmanmanifestationMorsi

Related Articles

Egypte: Sissi reçoit le président libanais pour sa première visite

[GARD align= »center »] Le président libanais Michel Aoun est arrivé au Caire où il a été reçu lundi par le président

Égypte : 62 sites internet bloqués par les autorités

[GARD align= »center »] L’Egypte a bloqué une soixantaine de sites Internet depuis la fin mai, ont indiqué lundi des défenseurs des

Egypte : Les Frères musulmans à la merci d’une vague de répression policière

[wp_ad_camp_3] En Egypte, le parti des Frères musulmans est désormais classifié comme une organisation terroriste par le gouvernement. Cette décision

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*