Égypte : Le général Sissi pourrait d’être candidat à la présidentielle à la demande du peuple

Égypte : Le général Sissi pourrait d’être candidat à la présidentielle à la demande du peuple

[wp_ad_camp_3]

Le général Abdel Fattah al-Sissi

Le général Abdel Fattah al-Sissi

Le chef de l’armée égyptienne, le général Abdel Fattah al-Sissi, celui-là même qui a destitué le président Mohamed Morsi, pourrait d’être candidat à la présidentielle à la demande du peuple et s’il a le soutien de l’armée. Il a annoncé ses intensions lors d’un séminaire organisé par l’armée au Caire. « Si je suis candidat, cela devra être à la demande du peuple et avec un mandat de mon armée (…) Nous vivons dans une démocratie », a indiqué le général Abdel Fattah al-Sissi.

A l’occasion du séminaire, le président du Conseil suprême des forces armées égyptiennes a appelé les Égyptiens à participer massivement au référendum des 14 et 15 janvier sur une nouvelle Constitution, qui donne un peu plus de pouvoir aux militaires. Depuis que l’armée a destitué et arrêté le 3 juillet Mohamed Morsi, premier président égyptien élu démocratiquement, le gouvernement intérimaire nommé et dirigé de facto par les militaires réprime dans le sang les manifestations des pro-Morsi. L’armée au pouvoir a donc promis d’organiser des élections présidentielles et législatives cette année.

Le général Abdel Fattah al-Sissi est un homme populaire en Egypte. La question de sa candidature à la présidence est déjà sur toutes les lèvres et depuis des semaines, ses portraits ornent les rues, les boutiques et certaines administrations. Une grande majorité de la population soutient le nouveau pouvoir et le général Sissi dans l’implacable répression menée contre les islamistes, en particulier contre les Frères musulmans. L’influente confrérie de Mohamed Morsi avait remporté toutes les élections depuis qu’une révolte populaire début 2011 a chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak, lui aussi issu de l’armée, après 30 ans de règne absolu.

Le général Abdel Fattah al-Sissi âgé de 59 ans, ancien chef du renseignement militaire, avait été nommé chef de la toute puissante armée égyptienne en 2012 sous le régime de Mohamed Morsi qu’il destituera le 3 juillet 2013. Dans un premier temps, il a toléré les manifestations des frères musulmans à la Place Tahrir. Mais depuis le 14 août 2013 les forces de l’ordre et de sécurité dispersent systématiquement et violemment les rassemblements de pro-Morsi au Caire.

[wp_ad_camp_2] 

Bilan de la répression, plus d’un millier de frères musulmans tués et des milliers de Frères arrêtés, dont la quasi-totalité des leaders de la confrérie. Tout comme Mohamed Morsi, ils sont depuis jugés pour incitation au meurtre de manifestants quand ils étaient au pouvoir et encourent la peine de mort. Le procès de Mohamed Morsi notamment est reporté au mois de février.

La rédaction
Oeildafrique.com

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
egypte

Related Articles

L’Egypte dénonce un rapport de HRW sur les droits de l’Homme

L’Egypte a vivement critiqué mardi un rapport de l’ONG HRW dénonçant les « violations flagrantes » des droits de l’Homme commises durant

Egypte: Sissi s’engage à régler les problèmes en « deux ans »

[GARD align= »center »] Abdel Fattah al-Sissi, ultra-favori de la présidentielle en Egypte après avoir destitué l’islamiste Mohamed Morsi, s’est engagé dimanche

Egypte: trois morts dans des heurts en marge de manifestations pro-Morsi

[GARD align= »center »] Trois personnes ont péri vendredi en Egypte dans des heurts en marge de manifestations des partisans du président

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*