Egypte: Moubarak quitte sa prison pour un hôpital militaire

Egypte: Moubarak quitte sa prison pour un hôpital militaire

L’ex-président égyptien Hosni Moubarak, renversé par une révolte populaire début 2011, a quitté jeudi sa prison et est désormais assigné à résidence dans un hôpital militaire du Caire, avant la reprise dimanche de son procès pour meurtre de manifestants.

Mercredi soir, l’armée, qui dirige de facto le pays depuis qu’elle a destitué le 3 juillet son successeur, l’islamiste Mohamed Morsi, avait coupé court aux spéculations après l’annonce de la remise en liberté de M. Moubarak dans la dernière affaire qui le retenait en détention.

Elle avait prévenu que le raïs déchu, âgé de 85 ans et à la santé vacillante, serait « assigné à résidence » dès sa sortie de la prison de Tora du Caire. Jeudi après-midi, il a été transporté par un hélicoptère médicalisé à l’hôpital militaire de Maadi, dans la capitale égyptienne, où il avait déjà séjourné depuis son incarcération en avril 2011. 

Ce rebondissement intervient alors que l’armée et la police mènent depuis plus d’une semaine une campagne de répression sanglante des manifestations des partisans de M. Morsi, premier président élu démocratiquement en Egypte et issu des Frères musulmans. Ce dernier est détenu au secret par l’armée et accusé de complicité de meurtres.

© AFPUn hélicoptère militaire transfère Hosni Moubarak de sa prison vers un hôpital militaire © AFP Mohamed El-Shahed

Dans ce contexte, « le débat égyptien a déjà été déplacé sur des champs autres », note Barah Mikaïl, spécialiste du Moyen-Orient au sein de l’institut de géopolitique espagnol FRIDE. De ce fait, poursuit-il, « la charge symbolique restera forte, mais sans beaucoup de chances d’aller vers un retour franc à +l’ordre ancien+ ».

Procès des Frères musulmans et Moubarak dimanche

M. Moubarak, qui a dirigé pendant plus de 30 ans l’Egypte, reste accusé et son procès pour « meurtre de manifestants » lors de la révolte de janvier-février 2011 reprendra dimanche au Caire. Il est aussi inculpé dans d’autres affaires de corruption et attend son jugement.

Le jour de la reprise de son procès doit s’ouvrir celui des dirigeants des Frères musulmans arrêtés par l’armée après le coup de force contre M. Morsi et ses partisans.

Le Guide suprême Mohamed Badie et ses deux adjoints, Khairat al-Chater et Rachad Bayoumi, doivent comparaître pour « incitation au meurtre » de manifestants anti-Morsi qui avaient attaqué le QG des Frères musulmans le 30 juin, journée de mobilisation massive pour réclamer le départ de M. Morsi.
Face au coup porté aux Frères musulmans avec l’arrestation de ses chefs et l’autorisation donnée aux forces de l’ordre autorisées pour tirer, les islamistes peinent à mobiliser depuis quatre jours et seuls quelques centaines de personnes ont manifesté tout au plus.Depuis une semaine, près d’un millier de personnes ont péri, pour l’immense majorité des pro-Morsi, quand militaires et policiers se sont lancés dans une répression sanglante de leurs manifestations et arrêté plus d’un millier d’islamistes. Le dernier en date est Ahmed Aref, porte-parole de la confrérie.

Oeildafrique.com avec AFP


Tags assigned to this article:
egyptejusticemoubarakrévolution

Related Articles

Égypte : prison à vie pour sept hommes coupables d’agression sexuelle

[GARD align= »center »] Sept hommes ont été condamnés mercredi à la prison à vie pour des agressions sexuelles dans un verdict

L’Algérie, à l’heure des contrôles de la virginité des femmes

Médecins, avocats, et a fortiori victimes, tous sont atterrés et profondément heurtés par la recrudescence de contrôles routiers, qui sortent

Egypte: un tribunal militaire condamne 52 Frères musulmans, dont un à la perpétuité

Un tribunal militaire égyptien a condamné mardi 52 membres et partisans des Frères musulmans, dont un à la perpétuité pour

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*